-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police



Nous écrire par courriel

leriaq@gmail.com

Partenaires du RIAQ 



Information de base sur ce logiciel gratuit qui permet
de voir l'écran d'une animatrice ou d'un animateur. 
Cliquez ICI.


Services gouvernementaux du fédéral

Portail pour les aînés
Services gouvernementaux du provincial


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: riaqsecretariat@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Astronomie
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Blogs et sites personnels
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Inscription au RIAQ
Jeux
Librairie gratuite
Mini-conférences
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout - 1
Un peu de tout - 2
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
RETOUR AU MEZENC

 

Il remontait heureux, au-delà du vieux Rhône,

Plus loin que l’acacia, plus haut que les mûriers ;

Encore une colline couverte de genêts,

Le plateau désolé, berceau de sa famille,

Enfin une montagne aux reliefs enneigés.

 

Les pas de ses ancêtres, dans un lointain passé,

Avaient sur ce chemin, cette route pierreuse,

Laissé les traces amères de l’exil obligé.

Migrant vers la vallée, famille trop nombreuse

Quittant ce lieu austère que pourtant ils aimaient.

 

…Il remontait le temps, il remontait son arbre

A la recherche de ses racines passées :

La fraîcheur printanière de la forêt humide,

L’odeur poivrée des ruches bourdonnantes l’été,

L’odeur amère émue des genêts échauffés,

 

Le goût rond et sucré des bolées de châtaignes

Mangées autour de l’âtre où pétillent les bûches,

La tempête hivernale et la burle à la porte,

Le carré résistant où toute la famille

Vivait, en se serrant, la solidarité.

 

Mais tout avait changé, fils prodigue étonné

Surpris de se savoir devenu l’étranger

Pour ses cousins lointains au pays demeurés

En guise de veau gras il était rejeté

L’eau qui chuchote dans les prairies parfumées

Descend dans la vallée ne remonte jamais !

 

 

Claude Revol 1992