-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police






Partenaires du RIAQ 



Avec ce MIKOGO, 
1. Tapez le code de 9 chiffres
donné par l'animateur/trice,
2.
Tapez votre prénom.
3.
Cliquez sur «Rejoindre une session».

Pour installer MIKOGO, cliquez
ICI. 


Services fédéraux

Portail pour les aînés
Services provinciaux


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: riaqsecretariat@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Partenaires du RIAQ
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Formulaire de renouvellement
Inscription au RIAQ
Jeux
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout...
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Le bouillon

LE BOUILLON 

par

Jeanne Desrochers

   Nos mères nous ont enseigné bien des choses que nous avons laissé tomber. Une leçon bien apprise, pour moi, c’est de recycler la  carcasse de poulet, dépouillée de sa viande. Avec un oignon, une carotte, une branche de céleri, cela mijote une heure ou deux, et ça devient un bon bouillon.

    J’ai un peu modifié la méthode de ma mère, parce que de  nos jours on mange beaucoup de légumes et on a donc plus de trognons et de feuilles un peu flétries qui peuvent donner encore des vitamines, s’ils ne sont pas destinés au compost.

   Les gens méthodiques mettent  tout ça en réserve, dans un sac à congélateur, jusqu’au jour du bouillon. Pour ma part, je me contente de dépouiller les légumes que je trouve au frigo ce jour là.

  Aujourd’hui ça me prend un gros chaudron, car j’ai un chou-fleur et un brocoli à dépouiller. Tant qu’à faire, je fais de la place pour trois grosses pommes de terre dans ce liquide qui deviendra bouillon. Et pourquoi pas deux ou trois oeufs  que je retirerai dans une dizaine de minutes; les pommes de terre seront prêtes une demi-heure plus tard. Le bouillon en marche m’aura fourni mon dîner, sans gaspiller d’énergie.

   C’est quand nous faisions du camping en famille, pendant les années ’60, que j’ai le plus appris à économiser l’eau et le combustible. L’eau,  il fallait aller la chercher dans des bidons, à une certaine distance. J’essuyais la vaisselle graisseuse avec du papier, avant d’envoyer les enfants terminer le rinçage à la rivière ou au lac.  Pour préparer les enfants au lit, nous les savonnions, debout, en maillot de bain, et les arrosions avec un seau d’eau froide. Cela se faisait avec beaucoup de  gambades et de rires.

  Le combustible pour le poêle et la lampe Coleman était transporté avec précaution, comme toute matière inflammable. Il fallait veiller à n’en pas manquer. La glacière était petite et la glace  fondait rapidement; il  fallait utiliser rapidement tout aliment périssable, et prévoir aussi des repas moins risqués, si on ne voulait pas passer son temps à faire des courses.

 Jeanne Desrochers ( jeannedesrochers@videotron.ca )

 Imprimer Envoyer à un ami Donner votre avis