-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police



Nous écrire par courriel

riaqsecretariat@gmail.com

Partenaires du RIAQ 



Information de base sur ce logiciel gratuit qui permet
de voir l'écran d'une animatrice ou d'un animateur. 
Cliquez ICI.


Services gouvernementaux du fédéral

Portail pour les aînés
Services gouvernementaux du provincial


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: riaqsecretariat@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Astronomie
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Blogs et sites personnels
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Inscription au RIAQ
Jeux
Librairie gratuite
Mini-conférences
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout - 1
Un peu de tout - 2
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
IMAGES ET CROYANCES par Jeanne Desrochers

Les stars Françoise Hardy et Jacques Dutronc ont servi d'exemple, bien malgré eux probablement, aux ménages modernes. 

 

Chacun chez soi, mais en bons voisins. Un fils élevé, on le suppose, avec le degré de liberté dont se réclamaient ses parents.

   Je ne devrais rien reprocher au magazine qui a planté dans ma tête, comme  dans bien d'autres, cette image du couple qui règle d'un coup de baguette la contrainte de la cohabitation continue. L'histoire était jolie et personne n'a prétendu qu'il s'agissait là d'une solution accessible à tous.

   N'avons-nous pas la tête remplie de ces images apparemment idéales? Que de conseils, que de propositions, que de théories laissent leurs traces, parfois pour longtemps, dans des têtes de plus en plus encombrées!

   Si je pense aujourd'hui au couple Hardy-Dutronc, c'est que j'ai vu la dame à la télévision, et qu'elle m'a semblé fragile et complexe, réticente à livrer ses secrets, la dernière personne à vouloir se donner en exemple. J'ai bien assez de vivre ma vie, semble-t-elle dire.

   Mais moi, pourquoi m'arrêter à cette histoire qu'on peut qualifier — selon le sujet de l'heure — de défusion ou de souveraineté-association? Peut-être parce que ça m'aurait plu, dans le  temps. Mais la vie a fini par m'apporter une solution rêvée. Seule avec d'autres. L'appartement de grand-mère au-dessus de celui des petits-enfants.

   Si je plante à mon tour dans la tête des vieilles dames un rêve qui n'est pas à leur portée, qu'elles ne m'en veuillent pas. Si leurs enfants sont éparpillés dans le vaste monde, elles peuvent toujours parler de leurs amis et d'un ou deux voisins attentifs comme d'une famille reconstituée...

    Revenons à ce fatras que nous avons dans la tête. Fatras dans le sens de ce que dit le Petit Robert : esprit encombré de connaissances mal assimilées. Depuis que nous avons lâché l'école, ce que nous prenons pour des connaissances ne sont souvent que des approximations, que nous glanons d'un côté ou de l'autre, dans des articles de journaux parcourus en diagonale, des bribes de conversations, d'émissions de radio ou de télé. N'adoptons-nous pas comme  si c'était parole d'évangile des opinions bien arrêtées, mais peu justifiées, que nous nous empresserions de contester si elles venaient, par exemple, d'un mari discuteur?

   C'est surtout par les livres que j'ai acquis une quantité épeurante de convictions, dont je passe une partie de ma vie à me débarrasser. Comme pour les vêtements de ma garde-robe; quand arrive un nouveau, il faut en sortir un vieux...

   Il y a bien des années, au moment où je songeais au mariage, une âme charitable m'a offert un livre de recettes de Gayelord Hauser, un nutritionniste qui se vantait de conseiller la star Gloria Swanson et la duchesse de Windsor, et qui avait donné en sous-titre à ce livre publié en 1946, « Good food, good health, good looks ».

   Tant qu'il s'agissait de faire cuire les légumes dans un minimum d'eau pour en conserver les vitamines, le jeune mari n'avait pas d'objections aux expériences de l'apprentie cuisinière. Sauf quand le minimum d'eau était tellement minimum que les pommes de terre collaient au fond du chaudron. Quand elle voulut passer au Dr Hay, prédécesseur de Shelton et de Montignac dans les théories de la ségrégation des aliments, le mari s'est rebellé. Comment ça, on ne mangera plus de viande avec des patates, ni de pain avec du fromage? Tu ne vas pas remplacer le bon steak de ma mère par une tarte aux épinards! J'ai faim moi!

  C'est ainsi qu'une jeune femme apprend que le mieux est l'ennemi du bien. Elle a dû s'en tenir à ce qu'elle considérait essentiel, le pain brun, la farine brune, le sucre brun, le riz brun, le sel gris, qu'elle achetait à l'unique magasin de produits naturels existant alors à Montréal. Mais elle ne pouvait aspirer aux options supérieures que lui proposaient ses livres, à moins de changer de mari. Ce qui ne se faisait pas encore...

   Ce jeune couple, la tête farcie d'idées pour changer le Monde, mais sans renoncer à être heureux et à faire beaucoup d'enfants, cultivait un beau mépris pour l'argent, dont il n'éprouvait pas encore un manque criant. L'option de vivre chacun de son côté ne leur a traversé l'esprit que quand la révolution de 68 a fait éclater les familles, quand on a pensé qu'il y avait plus important dans la vie qu'un nid plus ou moins douillet.

  Quand est arrivée la mode Montignac, l'un des fils en fut un propagandiste enthousiaste, parce que la méthode lui aidait à contrôler son poids. La mère n'était pas intéressée. Elle en avait vu d'autres...

 

Questions et commentaires. Communiquez avec Jeanne Desrochers ( jeannedesrochers@videotron.ca )

 Imprimer Envoyer à un ami Donner votre avis