-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police






Partenaires du RIAQ 



Avec ce MIKOGO, 
1. Tapez le code de 9 chiffres
donné par l'animateur/trice,
2.
Tapez votre prénom.
3.
Cliquez sur «Rejoindre une session».

Pour installer MIKOGO, cliquez
ICI. 


Services fédéraux

Portail pour les aînés
Services provinciaux


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: riaqsecretariat@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Partenaires du RIAQ
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Formulaire de renouvellement
Inscription au RIAQ
Jeux
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout...
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Afrique : un rayon d’espoir, par Guy Loubier
Le très fort pourcentage de jeunes dans la population de l’Afrique est l’une de ses caractéristiques dominantes. Les familles sont nombreuses et le taux de fertilité est élevé. Pourtant, depuis quelques années, l’on observe des changements. Les gens vivent plus longtemps, ont moins d’enfants, et la survie infantile s’améliore. Souvent coiffée du vocable de « continent endormi » l’Afrique connaît à l’heure actuelle, la plus forte croissance et la plus rapide urbanisation. En 1850, elle comptait 110 millions d’habitants, et de nos jours, elle atteint un milliard d’habitants. Pour se faire une idée de cette transformation, soulignons qu’en 1950, on comptait deux Européens pour chaque Africain, alors que si les tendances se maintiennent, il y aurait en 2050, deux Africains pour un Européen.
Autre changement radical : En 1950, le taux de fertilité globale s’établissait à six enfants, par rapport à deux en Asie de l’Est.  En revanche, selon des projections des Nations Unies, le taux de fertilité globale en Afrique sub-saharienne pourrait chuter à trois enfants en 2030 et même à 2,5 enfants en 2050. Conformément à la règle, tout indique qu’à mesure que les pays deviennent plus riches, ils connaissent en même temps une transition démographique vers des familles moins nombreuses. Une étude récente indique qu’entre 2005 et 2015, la part de la population en âge de travailler augmentera dans 27 des 32 pays africains.

Par ailleurs. Il y de sombres nuages à l’horizon. Présentement, l’Afrique produit moins d’aliments par habitant que depuis son indépendance. Les terres d’une superficie d’une acre sont trop petites pour pouvoir assurer la subsistance d’une famille. Il semblerait que les leaders africains et les donateurs se seraient montrés indifférents au sort des petits propriétaires terriens de même qu’à l’amélioration des sols et des semences. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, l’Afrique serait le continent le plus durement touché par le réchauffement climatique. Le Programme sur l’environnement des Nations Unies, estime que de 50 à 250 millions d’Africains pourraient être privés d’eau. Il en résulte que les filles devraient marcher plus longtemps pour trouver de l’eau,  ce qui aurait pour effet de les encourager à quitter l’école et à avoir des enfants plus tôt.  On considère également que des terres cultivables d’une superficie totale correspondant aux superficies combinées de la France, de l’Allemagne, de la Grande-Bretagne et de l’Italie pourraient être ruinées. Autre motif d’inquiétude : depuis 1990, les forêts auraient diminué de 80% du fait que les gens abattent les arbres pour s’en servir comme combustible.

Fait effarant : un Africain sur deux est un enfant. A cause des ravages du VIH/SIDA, les  chefs de famille sont souvent des enfants. Selon le Child Policy Forum, il y aurait 90 millions d’enfants handicapés en Afrique, ce qui signifie plus de misère et plus de violence.

Le paludisme et le VIH/SIDA représentent le tiers des 10 millions de morts en Afrique chaque année. La plupart de ces décès touchent des personnes de 20 à 40 ans, ce qui ne manque pas d’avoir des effets négatifs sur la population active. Un démographe norvégien a pu démontrer  que la violence augmente de 4% pour chaque point d’augmentation de la population des jeunes. Désolante constatation : plus de bébés suscitent une plus grande compétition pour les ressources disponibles et également plus d’instabilité.

Toutefois, certains progrès commencent à se faire sentir, notamment l’avènement des téléphones mobiles, le recours à l’énergie solaire et éolienne, une plus grande utilisation des engrais, de même que la popularité du micro-crédit.

Au plan positif, notons que la population globale de l’Afrique est de 8% inférieure à ce quelle aurait été si le taux de fertilité s’était maintenu aux niveaux de 1970. L’utilisation de contraceptifs en Afrique subsaharienne n’est que de 12% par comparaison à plus de 40% en Asie et en Amérique du Sud.
Une diminution sensible du taux de natalité permettrait d’accroître la survie infantile, d’assurer une plus grande fréquentation de l’école primaire, et les sommes économisées en soins de santé et médicaments pourraient servir à mieux préparer les jeunes au marché du travail.