-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police






Partenaires du RIAQ 



Avec ce MIKOGO, 
1. Tapez le code de 9 chiffres
donné par l'animateur/trice,
2.
Tapez votre prénom.
3.
Cliquez sur «Rejoindre une session».

Pour installer MIKOGO, cliquez
ICI. 


Services fédéraux

Portail pour les aînés
Services provinciaux


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: riaqsecretariat@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Partenaires du RIAQ
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Formulaire de renouvellement
Inscription au RIAQ
Jeux
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout...
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Un peu d’obésité au menu! par Guy Loubier
Aux États-Unis, le taux d’obésité qui frôle 34% est dix fois plus élevé que celui du Japon, et 68% de nos voisins sont obèses ou ont du surpoids. Douce ironie, le nombre d’Américains susceptibles d’avoir du surpoids est plus élevé que celui que des contribuables payant de l’impôt à l’État.

Dans un livre qui n’est pas accessible au grand public et au titre qui en dit long «  Food for thought », fruit d’une étude commandée par Burger King sur les habitudes alimentaires de ses plus fréquents clients, il en ressort que les amateurs de malbouffe travaillent de longues heures pour un maigre salaire, mangent quand ils le peuvent, sautent plusieurs repas, et avalent ce qui est rapide, commode et attirant. En général, leurs connaissances en nutrition sont fort minces.

Tout cet excès de graisse se répercute sur les coûts de la santé. On estime que chaque Américain obèse dépense en factures médicales 42% de plus qu’un Américain de poids normal, sans compter les coûts indirects de l’obésité, comme la perte de productivité attribuable à la maladie ou à un décès prématuré.

Il appert que depuis l960, le nombre d’obèses aurait triplé. Selon certaines théories, les gens devenant un peu plus riches, la nourriture coûterait relativement moins cher  Le temps devenant encore plus précieux favorise aussi la consommation de fast food (repas-minute). L’auteur Barry Popkin dans son ouvrage « The World is  Fat » fait valoir que laver la vaisselle et le linge à la main, pourrait nous faire perdre 5 livres par année.

Si la question vous intéresse, vous pourrez en apprendre davantage en lisant un résumé et des extraits de l’ouvrage de William Reymond, Toxic, sur le lien suivant http://www.evene.fr/livres/livre/william-reymond-toxic-25946.php. Vous n’êtes pas au bout de vos surprises. Le même auteur vient de publier récemment Toxic food dont on a beaucoup parlé dans les médias.

La buanderie des temps modernes

A Cleveland, Ohio, la crise financière n’a pas épargné les pauvres, et dans une partie de la ville où prédominent les Noirs, elle a encore élargi le fossé qui sépare les pauvres des mieux nantis.

Dans le but d’alléger le sort d’un petit nombre, Evergreen Cooperative Laundry a mis sur pied une buanderie collective, qui non seulement procurera de l’emploi à 50 personnes, mais n’utilisera que le tiers de la quantité d’eau consommée par les lessiveuses traditionnelles. Les travailleurs déposent les draps et serviettes sales sur un convoyeur à  courroie se déversant dans une  lessiveuse à fort coefficient énergétique. Une fois le linge lavé, les  préposés placent les draps humides dans un énorme rouleau qui les presse à sec.  La travailleuse, Une des employés, Mienyon Smith, mère de cinq enfants, touche pour la première fois de sa vie,  un salaire excédant le salaire minimum. Après huit ans dans cet emploi elle pourrait y détenir une participation d’une valeur de 65 000 $. D’autres projets de ce genre ont été lancés, et devraient se révéler un gage d’espoir pour des pauvres qui en ont cruellement besoin.

Éducation primitive

À Aqualar au Kenya, un jeune enseignant de 18 ans donne une leçon d’arithmétique à  une trentaine d’enfants de bergers somaliens. Il n’y a pas d’école, le cours est dispensé sur un îlot sablonneux sous un acacia et le tableau noir est perché sur une des branches de l’arbre. Évidemment, pas de pupitres ni de chaises. Les enfants suivent la leçon et se servent de bouts de bois pour tracer les chiffres dans le sable. Mais plus désolant encore, dans certains pays en développement, notamment en Inde, la Banque mondiale nous apprend que dans les écoles sous la gouverne de l’État, 25 % des enseignants sont absents, peu importe la journée choisie. Des 72 millions d’enfants ne fréquentant pas  l’école, 45% d’entre eux habitent en Afrique subsaharienne  En ce qui concerne la fréquentation scolaire, dans plus du tiers des 63 pays où l’on a pu recueillir des données à c sujet, plus de 30% des jeunes adultes n’avaient pas fréquenté l’école plus de quatre ans. Dix-neuf des pays recensés étaient des pays africains.

Selon James Tooley, un universitaire américain, qui exploite une chaîne d’écoles privées en Inde, la performance des écoles privées est généralement supérieure à celle des écoles subventionnées du secteur public.

La rémunération des enseignants selon leur performance est aussi considérée. On a mené cette expérience dans trois cent écoles publiques de l’Inde. Résultat : le supplément de rémunération s’est révélé trois fois plus efficace pour rehausser les notes des élèves que si les mêmes sommes d’argent avaient été affectées à l’achat de matériel d’enseignement. Lorsque les écoles affichent de médiocres résultats, étudier ce qui ne fonctionne pas est le sujet d’étude le plus essentiel.

Au Québec, allons-nous en venir aux mêmes constatations?