-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police



Nous écrire par courriel

leriaq@gmail.com

Partenaires du RIAQ 



Information de base sur ce logiciel gratuit qui permet
de voir l'écran d'une animatrice ou d'un animateur. 
Cliquez ICI.
Pour vous brancher immédiatement,
cliquez ICI.


Services gouvernementaux du fédéral

Portail pour les aînés
Services gouvernementaux du provincial


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: leriaq@gmail.com
Améliorer votre français
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Astronomie
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Blogs et sites personnels
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Inscription au RIAQ
Jeux
Librairie gratuite
Mini-conférences
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout - 1
Un peu de tout - 2
 Sites suggérés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Guy Loubier - Monsieur le Consul : Lucien Bodard
Les romans qui remportent le prix Goncourt tombent vite dans l’oubli, au point que bien peu de lecteurs se souviennent du nom des écrivains couronnés. Ce fut le cas de Lucien Bodard  dont l’œuvre magistrale aurait dû lui valoir un meilleur sort .Faut-il ajouter que son talent dépasse de plusieurs coudées la plupart des romans qui nous sont offerts de nos jours.

Ce long roman qui comporte de larges extraits autobiographiques mêle si habilement le réel, la fiction et les souvenirs qu’il devient très difficile de les départager. Sans aucune mention de date précise, on peut néanmoins supposer que le récit se situe entre les années 1925 et 1935. On pénètre dans une Chine qui n’a guère à voir avec les romans de Pearl Buck.

Cette histoire nous est contée par le fils du consul, âgé de dix ans. La Chine de l’époque, convoitée à la fois par les Français et les Britanniques est taillée en pièces par les diverses factions et les seigneurs de la guerre. Le consul est obsédé par l’idée de faire construire un chemin de fer entre Tcheng Tu et Hanoi qui lui permettrait d’être bien noté par ses supérieurs, et pourrait lui mériter un poste d’ambassadeur. Pour arriver à ses fins, il est prêt à toutes les compromissions, et même à s’engager dans des combines louches qui pourraient le mettre en danger, lui et sa famille. Cette histoire hallucinante, sur fond de violence, de cruauté et de corruption nous dépeint une Chine où la vie des petits n’a aucune espèce d’importance et où la brutalité règne en maître. Les ruses déployées par ces bandits nous font voir qu’à cette époque depuis longtemps oubliée, les malfaiteurs de l’Empire céleste auraient pu en remontrer, même à nos plus habiles mafiosos.

Le mépris et le dégoût qu’inspire Albert le consul à son épouse Anne-Marie, confèrent à ce récit une intensité dramatique qui devrait inciter le lecteur à ne pas lâcher prise et à apprécier jusqu’à la toute fin cette palpitante aventure qui nous est racontée avec un immense talent.