-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police



Cliquez ICI.



Nous écrire par courriel

leriaq@gmail.com

Partenaires du RIAQ 



Information de base sur ce logiciel gratuit qui permet
de voir l'écran d'une animatrice ou d'un animateur. 
Cliquez ICI.
Pour vous brancher immédiatement,
cliquez ICI.


Services gouvernementaux du fédéral

Portail pour les aînés
Services gouvernementaux du provincial


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: leriaq@gmail.com
Améliorer votre français
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Astronomie
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Blogs et sites personnels
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Inscription au RIAQ
Jeux
Librairie gratuite
L'Univers Digital pour Tous (FRANCE)
Mini-conférences
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Seniors en FRANCE
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout - 1
Un peu de tout - 2
 Sites suggérés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Guy Loubier - Altruisme extrême
Depuis que Darwin a publié sa théorie sur l’évolution en 1859¸ de nombreux scientifiques ont tenté de éterminer si cette théorie pouvait expliquer l’existence de l’altruisme. George Price dont il est question ici cherchait constamment par des formules mathématiques à prouver qu’il existait des populations où la bonté était répandue et où l’altruisme se perpétuait de génération en génération.

Price avait une formation de chimiste, et avait aussi travaillé sur les transistors électroniques. Après une confortable indemnité de sa compagnie d’assurance pour une tumeur thyroïdienne, il avait abandonné sa femme et ses deux enfants pour s’établir à Londres.

De plus en plus hanté par sa quête de l’altruisme, il accueillait chez lui de parfaits étrangers, des sans-abri qui parfois le volaient. Il en était venu à se dépouiller de tous ses biens, ses vêtements et sa maison. Quand il ne lui resta plus rien, il se trancha la gorge avec des ciseaux et mourut en janvier 1975.

Lors de ses funérailles, son cercueil était suivi de cinq sans-abri échevelés, frissonnant de froid et exhalant une mauvaise odeur. Ils étaient accompagnés de deux éminents biologistes qui avaient connu Price dans de meilleurs jours.

Son extrême générosité avait fait de lui un vagabond tout comme ceux qu’il s’efforçait de tirer de la misère.

Peut-on tirer une leçon de cette histoire?