-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police






Partenaires du RIAQ 



Avec ce MIKOGO, 
1. Tapez le code de 9 chiffres
donné par l'animateur/trice,
2.
Tapez votre prénom.
3.
Cliquez sur «Rejoindre une session».

Pour installer MIKOGO, cliquez
ICI. 


Services fédéraux

Portail pour les aînés
Services provinciaux


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: riaqsecretariat@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Partenaires du RIAQ
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Formulaire de renouvellement
Inscription au RIAQ
Jeux
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout...
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Guy Loubier - Les possédants et nous autres

Décembre 2011 - Pour acquérir le pouvoir ou espérer y accéder, l’opulence semble de rigueur. Que l’on en juge : Jean Charest ne fréquente pas les soupes populaires. Pauline Marois demeure songeuse dans son château, François Legault se dit indépendant de fortune, et Charles Sirois, l’éminence grise de Legault avait, selon Wikipedia, une fortune de plus de 800 millions de dollars en 2006. Il semble difficile de trouver des informations concrètes sur les antécédents de ce magicien des télécommunications, mais l’on peut en déduire qu’il avait eu des relations assez houleuses avec Bell Canada entre 2000 et 2002. Les médias qui raffolent des nouvelles croustillantes sont demeurés plutôt muets sur la question.

Depuis lors, il est demeuré discret, mais il est permis de penser qu’il n’est pas le conseiller de Legault pour nos beaux yeux. Étant donné qu’il jouera un rôle clé dans la campagne de M. Legault, il serait utile d’en savoir davantage. Selon certaines rumeurs, P.K. Péladeau pourrait se joindre au duo et constituer l’un des plus redoutables et des plus influents trios financiers au Québec. Ces personnes veulent le pouvoir à tout prix et feront tout pour s’en emparer. On peut également sans scandaliser personne soutenir que le pouvoir et la richesse sont inséparables, et que les manants n’y ont généralement pas accès. 

Le cynisme se répand de plus en plus dans la population : les politiciens et les médias s’en plaignent parfois, mais comme les journalistes constituent une des professions les plus décriées avec celle des politiciens, il est permis de se poser la question suivante : Aux mains de sociétés capitalistes, les médias nous disent-ils toute la vérité, rien que la vérité?

Lorsqu’un nouveau parti politique arrive sur la scène, il lui faut appâter la population en lui proposant un menu alléchant, quitte à y apporter d’importants changements lorsque la dure réalité s’impose.

Le programme de la Coalition pour l’avenir du Québec (CAQ) au chapitre de la Santé suscitera sans doute de nombreuses réflexions. Depuis les 15 dernières années, les divers ministères de la Santé n’ont fait que piétiner sur place : la construction du CHUM en est encore à ses premiers balbutiements alors que durant la même période, il s’est construit plusieurs hôpitaux ailleurs au Canada, les urgences continuent de déborder allègrement  et rien ne permet de voir une amélioration de ce côté, l’hébergement des personnes âgées laisse nettement à désirer, pour ne pas parler des soins à domicile qui sont à peu près inexistants. Le seul changement appréciable l’assurance-médicaments, qui selon Mme Marois devait coûter 180 millions de dollars a franchi le cap du milliard et ne s’arrêtera pas là. Si l’on tient compte que l’État et le Collège des médecins ont été incapables de trouver une solution efficace au problème des médecins immigrants, il serait étonnant que l’on puisse assurer dans un proche avenir un médecin de famille pour tous. Un médecin devant desservir 1 000 patients, devra au moins les voir une fois par année, soit 3 000 visites annuelles. A l’heure actuelle, près de 40% des médecins sont des femmes et ne travaillent donc qu’à temps partiel. Vu l’expérience du passé, il serait illusoire de s’attendre à ce que le Collège des médecins et la Fédération des spécialistes renoncent aux avantages que leur confèrent leurs puissants lobbies.  On parle énormément de médecine au Québec, mais les actes tardent à suivre. On pourrait facilement abolir les agences de santé et de services sociaux  sans vraiment appréhender le holà de la population. Le relèvement substantiel de la rémunération en fonction du nombre de patients traités n’est pas une garantie au plan de la qualité des traitements : il pourrait même se traduire par une dégradation des soins où l’appât du gain l’emporterait sur la qualité des soins à prodiguer aux patients. La réduction du coût des médicaments pourrait bien se révéler une autre promesse irréfléchie car les grandes sociétés pharmaceutiques implantées au Québec ont profité des largesses de l’État en matière fiscale, et elles ne sont sûrement pas disposées à laisser les produits génériques s’emparer d’un marché aussi lucratif.

Éducation : Les multiples réformes mises en œuvre au cours des 15 dernières années n’ont rien amélioré, si ce n’est de rendre le système encore plus confus et encore moins satisfaisant qu’auparavant.

M. Legault nous parle d’abolir les commissions scolaires, tout en laissant la taxe scolaire inchangée, ce qui ne change strictement rien pour les contribuables. Les économies que susciterait  une telle décision pourraient peut-être permettre un allègement du nombre d’élèves par classe et surtout une amélioration de la qualité des enseignants. Il faudrait savoir précisément à quoi serviront ces 600 millions, car les gouvernements, peu importe le parti au pouvoir, savent beaucoup mieux dissimuler les fonds et les consacrer à des fins obscures dont le bon public ne sait rien.

Relèvement de la rémunération des enseignants : M. Legault voudrait augmenter le salaire des enseignants de 20% et plus selon le rendement. Pour ce faire, les enseignants seraient évalués deux fois par année. Sachant que la profession d’enseignant est l’une des plus stressantes des professions, on court le risque de voir un plus grand nombre d’enseignants quitter cette profession, et alors où trouverons-nous des remplaçants qualifiés? Confier au ministère de l’Éducation la responsabilité d’assumer cette évaluation m’apparaît aberrante compte tenu de la médiocrité des réformes engagées par le ministère jusqu’à maintenant

Élire Charest ou Legault, c’est du pareil au même avec la seule différence qu’avec ce dernier,  le mur de la droite sera encore plus fort qu’avant et le privé s’en donnera à cœur joie.

Un dernier mot sur M. Legault : Au cours d’une commission parlementaire où témoignait M. Henri-Paul Rousseau de la Caisse de dépôt et placement, l’ex-député péquiste se livrait à un interrogatoire rigoureux et féroce de l’imposant président qui laissait croire au public qu’il finirait  par en savoir davantage sur la perte de 40 milliards de dollars. Nenni : la commission parlementaire a ajourné ses travaux et nous n’avons plus entendu parler de nos milliards. Faire confiance aux politiciens, c’est vouloir se tromper soi-même.

Guy Loubier