-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police






Partenaires du RIAQ 



Avec ce MIKOGO, 
1. Tapez le code de 9 chiffres
donné par l'animateur/trice,
2.
Tapez votre prénom.
3.
Cliquez sur «Rejoindre une session».

Pour installer MIKOGO, cliquez
ICI. 


Services fédéraux

Portail pour les aînés
Services provinciaux


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: riaqsecretariat@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Partenaires du RIAQ
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Formulaire de renouvellement
Inscription au RIAQ
Jeux
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout...
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Quand on se compare, on se console

Comparaison des systèmes de santé aux Etats-Unis et au Canada

Au Canada et au Québec, les médias font souvent la manchette par des articles décriant la médiocrité et le manque de ressources, tant humaines que matérielles, de nos systèmes de santé.

Pourtant, une consultation des statistiques  chez l’oncle Sam, montre clairement qu’au chapitre de la santé, nous conservons un avantage marqué sur nos puissants voisins.

Ainsi, les Etats-Unis consacrent 16% de leur Produit intérieur brut aux dépenses en santé, tandis que le Canada n’y affecte que 10% de son PNB.

Autre donnée curieuse, mais révélatrice : chez nos voisins, les dépenses pour les soins  des animaux par habitant s’élèvent à 7 000 dollars, alors qu’au Canada, elles se situent à moins de 4 000 dollars.

Au plan de la longévité selon le CIA World book, le Canada vient au 10e rang, mais les pays qui le précèdent dans le classement, sauf le Japon et Singapour, sont de moindre population que le Canada. A cet égard, il est étonnant de constater que les Etats-Unis se retrouvent au 30e rang. Pour chaque dollar dépensé, 0.31 cents sont consacrés aux soins hospitaliers et 0.10 cents à l’achat de médicaments. En matière de mortalité infantile, le Japon et Singapour occupent les premiers rangs, alors que les Etats-Unis tirant de l’arrière se situent au  29e rang, et que le Canada vient au 6e rang.

L’une des principales lacunes du système de santé américain tient au fait que la prévention fait figure de parent pauvre. Près de la moitié de la population ne reçoit pas de vaccins, ne fait pas l’objet de tests de dépistage du cancer et de mesure de la pression artérielle. A cet égard, signalons que depuis plus d’un siècle, les maladies cardiaques constituent la plus importante cause de mortalité, soit le décès de plus de 640 000 Américains par année.

Les inégalités touchant les diverses ethnies et l’inégalité des soins de santé dans les divers États, accentuent les disparités au chapitre des soins de santé dispensés, et le lieu de résidence des individus joue un grand rôle quant à la qualité des soins reçus.

Autre facteur aggravant pour la santé des Américains : près de 13% de la population, soit 45 millions de personnes, n’ont aucune couverture médicale, et ne peuvent donc recevoir les soins auxquels ont accès les personnes assurées.

L’obésité est aussi un problème très répandu aux États-Unis qui touche plus de 70 millions de personnes de 20 ans et plus, et qui engendre de nombreux problèmes de santé comme l’hypertension, les maladies cardiaques, le diabète, le cancer et bien d’autres.

Ces données fragmentaires ne constituent qu’un bref aperçu de la situation aux Etats-Unis, mais permettent néanmoins de se faire une idée de la qualité respective de nos systèmes de santé respectifs.

Malgré toutes les imperfections de notre système et les inégalités qu’il crée dans les diverses parties du pays, nous pouvons tout de même savourer notre chance, et nous dire qu’en tant que Québécois ou Canadiens, nous tirons assez bien notre épingle du jeu.