-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police





Nous écrire par courriel

riaqsecretariat@gmail.com

Partenaires du RIAQ 



Information de base sur ce logiciel gratuit qui permet
de voir l'écran d'une animatrice ou d'un animateur. 
Cliquez ICI.


Services gouvernementaux du fédéral

Portail pour les aînés
Services gouvernementaux du provincial


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: riaqsecretariat@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Blogs et sites personnels
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Inscription au RIAQ
Jeux
Mini-conférences
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout...
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Accueil>>André Hains

Taux d’escompte et hausse des taux d’intérêt, par André Hains
28 avril 2010 - Comparaissant la semaine dernière devant les élus à Washington, comme il le fait deux fois par année, le président de la Réserve fédérale (Fed : la banque du gouvernement américain), Ben Bernanke, a répété une fois de plus que les taux d’intérêt allaient demeurer bas encore longtemps, à cause du taux de chômage qui demeure désespérément élevé. Pourtant, la semaine précédente, il avait annoncé une hausse du taux d’escompte de la Fed. Contradiction? Définitions.

Il existe deux taux directeurs à la Fed, comme dans la plupart des banques centrales des autres pays : un taux auquel les banques commerciales se prêtent entre elles au jour le jour, et un taux d’escompte qu’elles doivent payer, quand elles empruntent de la banque centrale. Depuis la grave crise financière des années 1930, les banques doivent équilibrer leurs comptes à la fin de chaque journée de travail : tant de rentrées d’argent, tant de sorties. Si elles affichent un déficit, elles empruntent auprès des autres banques, à un taux actuellement fixé par la Fed dans une fourchette de 0 % à 0,25 %. C’est le taux au jour le jour, le plus importants. Si une banque ne parvient pas à emprunter assez pour équilibrer ses comptes, elle se tourne alors vers la banque centrale, qui va maintenant lui prêter pour une journée à un taux de 0,75 %, contre 0,50 % avant la hausse décrétée la semaine dernière. À peu près aucune banque n’emprunte à ce taux d’escompte, plus élevé que le taux interbancaire.

La Fed a haussé son taux d’escompte, pour témoigner de la reprise économique, lente mais régulière, et pour inciter les banques à s’entendre entre elles pour équilibrer leurs comptes quotidiens. Pourquoi payer trois fois plus cher, en empruntant de la banque centrale?

Alors il n’y a donc pas de contradiction, entre le taux d’escompte de la banque centrale, et le fait que les taux d’intérêt commerciaux (ceux qu’on paie sur nos emprunts ou que les banques nous paient sur nos épargnes) vont demeurer bas encore longtemps. Bonne nouvelle pour les emprunteurs et mauvaise nouvelle pour les épargnants? Cela reste à voir.

Des taux d’intérêt très bas qui le demeurent très longtemps, tendent un piège aux investisseurs, celui de s’endetter imprudemment, outre mesure. C’est pour cela que le ministre fédéral des Finances du Canada a resserré un peu les règles d’emprunt hypothécaire, il y a deux semaines.

Quant aux pauvres épargnants, il va falloir qu’ils recherchent des rendements intéressants ailleurs que dans les revenus d’intérêt, très faibles et lourdement imposés. Et même quand les taux vont augmenter, ils vont le faire très peu, et vont rester encore bas pendant très longtemps. Alors les épargnants devraient consulter de bons conseillers financiers. Les fripouilles qui défraient les manchettes de l’actualité à l’occasion, demeurent encore des cas d’exception, heureusement.

andrehains@videotron.ca
2010-02-28