-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police





Nous écrire par courriel

riaqsecretariat@gmail.com

Partenaires du RIAQ 



Information de base sur ce logiciel gratuit qui permet
de voir l'écran d'une animatrice ou d'un animateur. 
Cliquez ICI.


Services gouvernementaux du fédéral

Portail pour les aînés
Services gouvernementaux du provincial


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: riaqsecretariat@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Blogs et sites personnels
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Inscription au RIAQ
Jeux
Mini-conférences
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout...
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Accueil>>André Hains

André Hains - La Bourse et l’économie réelle

Un titre comme celui-ci suggère déjà que l’activité boursière et l’économie réelle, demeurent deux réalités bien différentes. La première semaine de mai en a encore donné une preuve très évidente.
Les marchés boursiers se sont en effet énervés comme on les voit rarement le faire. Pourquoi? Erreur technique ou humaine, fragilité de certaines économies européennes, déficit monstrueux de certains pays, manipulations boursières : les tentatives d’explication ne manquent pas, pour tenter de comprendre le comportement bipolaire des spéculateurs et gros gestionnaires de portefeuilles.

Vendredi dernier, le département américain du Travail a publié des résultats fort éloquents et stimulants sur le marché de l’emploi : 290 000 emplois créés en avril dernier aux États-Unis, un niveau qu’on n’avait pas vu depuis quatre ans. Mieux encore : chaque premier vendredi du mois, quand ce ministère donne des résultats préliminaires sur la création d’emplois du mois précédent, il corrige et précise aussi les résultats des mois précédents. Or ces précisions disent que voilà maintenant quatre mois que nos voisins ont créé beaucoup plus d’emplois que prévu initialement, depuis le début de cette année, et que ce nombre d’emplois augmente rapidement chaque mois.

Cela, c’est la véritable économie, la réalité des chiffres, qui n’a rien à voir avec la spéculation et les humeurs ou rumeurs qui font bondir ou dégringoler les marchés boursiers. Ces chiffres très encourageants sur la création d’emplois depuis le début de l’année, aussi bien au Canada qu’aux États-Unis (la locomotive de toutes les autres économies) et dans plusieurs autres pays, s’ajoutent aux résultats trimestriels très solides des grandes entreprises, dans presque tous les domaines, et non pas seulement dans le secteur financier.

Donc l’économie reprend rapidement du mieux dans la plupart des pays, après la terrible grippe qu’elle a attrapée à l’automne 2008 et à l’hiver 2009. Mais les marchés boursiers continuent de s’affoler, à la moindre rumeur d’un problème important ici ou là dans le monde. La fuite de pétrole dans le golfe du Mexique devrait normalement faire monter les prix de l’or noir, mais ceux-ci ont perdu plus de 10 % en trois jours… parce que les rumeurs et l’énervement boursier font monter le dollar américain (refuge), et qu’il en faut donc moins pour payer un baril de pétrole.

En regardant le reprise économique solide (long terme) et le plongeon spectaculaire des marchés boursiers (court terme), on se dit que la baisse des prix boursiers offre aux investisseurs perspicaces, une excellente occasion de faire de bons placements à bas prix. Au début de la semaine dernière, j’ai suggéré à un investisseur de vendre ses actions d’une grande banque canadienne. Il pourrait les racheter aujourd’hui à 4 $ de moins. Mais il va peut-être attendre encore un peu, le temps que la tempête boursière se calme, ou il va peut-être choisir un autre secteur moins turbulent, où l’on trouve aussi présentement de très bons titres, à fort prix d’escompte. Il faut parfois savoir profiter d’une panique boursière passagère, pour effectuer d’excellents placements à long terme.

andrehains@videotron.ca