-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police



Nous écrire par courriel

leriaq@gmail.com

Partenaires du RIAQ 



Information de base sur ce logiciel gratuit qui permet
de voir l'écran d'une animatrice ou d'un animateur. 
Cliquez ICI.
Pour vous brancher immédiatement,
cliquez ICI.


Services gouvernementaux du fédéral

Portail pour les aînés
Services gouvernementaux du provincial


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: leriaq@gmail.com
Améliorer votre français
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Astronomie
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Blogs et sites personnels
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Inscription au RIAQ
Jeux
Librairie gratuite
Mini-conférences
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout - 1
Un peu de tout - 2
 Sites suggérés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Accueil>>André Hains

André Hains - Bonne nouvelle : les banques ont reculé !
Malgré des bénéfices en forte hausse au second trimestre, terminé le 30 avril dernier, plusieurs grandes banques canadiennes ont vu dégringoler le prix de leurs actions en Bourse, la semaine dernière. Motif avancé par de nombreux observateurs superficiels : les analystes financiers attendaient des bénéfices encore plus costauds.
Motif plus probable : les marchés boursiers ont encore reculé la semaine dernière, terminant un mois de mai des plus difficiles depuis plusieurs années. Or il est toujours très difficile d’aller à contre-courant, de voir des entreprises ou des secteurs d’activité progresser, quand l’ensemble du marché recule.

La bonne nouvelle dans ce contexte : si vous hésitiez à investir dans les banques, dont le prix des actions avait plus que doublé depuis quinze mois, leur dernier recul vous offre peut-être une dernière chance de les acheter à prix d’escompte, avant que l’empilement des bénéfices trimestriels ne fasse grimper le prix de ces actions à des niveaux encore plus élevés. Prenons un exemple.

La plus grosse, la Banque Royale, a vu son action terminer la semaine dernière à 55,39 $. Elle verse un dividende de 2,00 $ par année, et donc un rendement du dividende de 3,61 %, à ce prix-là (2/55,39). À son sommet des 52 dernières semaines, soit 62,89 $, le rendement du dividende n’atteignait que 3,18 % (2/62,89). L’hiver 2009, quand l’action de la Royale a descendu jusqu’à un creux annuel de 42,90 $, le rendement du dividende s’élevait à 4,66 %.

Je vous rappelle qu’un dividende comporte un avantage fiscal, puisqu’il n’est imposable au Québec au plus à 30 % environ, contre un taux maximum de 48,2 $ pour un revenu de travail ou d’intérêt. Pour comparer des pommes avec des pommes, et donc un revenu de dividende avec un revenu d’intérêt, on multiplie le revenu du dividende par 1,3 environ. Donc le dividende annuel de 2 $ de la Royale, équivaut à un taux d’intérêt de 4,69 % environ, après impôt, selon le prix de l’action de 55,39 $ de vendredi dernier (3,61 x 1,3).

Si vous recherchez la banque la plus intéressante, effectuez les mêmes calculs pour les autres banques, pour comparer le rendement du dividende. Mais vous devriez aussi comparer le rendement sur l’avoir des actionnaires, qu’on appelle aussi les capitaux propres.

On obtient ce rendement sur l’avoir des actionnaires, en divisant le bénéfice net par les capitaux propres. On trouve le bénéfice net dans l’état des résultats, et les capitaux propres dans le bilan. Plusieurs médias ont donné ce rendement sur l’avoir des actionnaires, dans leurs comptes-rendus de la semaine dernière. Mais attention : il faut faire ces calculs et ces comparaisons sur plusieurs trimestres ou années, et non pas sur un seul trimestre.

Pour une entreprise, le rendement sur l’avoir des actionnaires, c’est un peu comme le pouls d’un individu : c’est le signe vital le plus important. Mais on ne peut pas s’en tenir à un seul élément de comparaison. Voilà pourquoi il faut effectuer un peu de recherche et se donner un peu de mal, avant d’investir dans une entreprise.

Conclusion : les actions des banques ont reculé. Elles deviennent donc plus attrayantes.

andrehains@videotron.ca