-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police





Nous écrire par courriel

riaqsecretariat@gmail.com

Partenaires du RIAQ 



Information de base sur ce logiciel gratuit qui permet
de voir l'écran d'une animatrice ou d'un animateur. 
Cliquez ICI.


Services gouvernementaux du fédéral

Portail pour les aînés
Services gouvernementaux du provincial


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: riaqsecretariat@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Blogs et sites personnels
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Inscription au RIAQ
Jeux
Mini-conférences
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout...
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Accueil>>André Hains

André Hains - La meilleure banque canadienne
La semaine dernière, on a parlé des banques, et on y revient cette semaine, pour une raison très simple : maintenant que la Scotia a donné elle aussi ses résultats financiers pour le trimestre terminé le 30 avril dernier, on peut les comparer, et voir laquelle semble être la meilleure aux yeux des investisseurs. On ne parle évidemment pas ici du service à la clientèle ou des produits offerts, mais du rendement procuré par ces institutions à leurs actionnaires au cours des six derniers mois.

La semaine dernière, on a parlé du rendement du dividende, et du rendement sur l’avoir des actionnaires, qu’on appelle aussi les capitaux propres ou les fonds propres. Quand vous achetez des actions d’une banque, vous achetez une part de ses capitaux propres, et donc une part de ses bénéfices futurs. Voilà pourquoi il faut accorder la plus grande importance au rendement sur les fonds propres.

Ceux-ci n’ont rien à voir avec la taille des banques, mesurée par les actifs sous gestion. Traditionnellement, la plus grosse reste la Royale, avec 655 milliards $ (GS) d’actifs sous gestion au 30 avril dernier, suivie de la TD (574 G$), de la Scotia (526), la BMO ou Banque de Montréal (390), la CIBC (336), et enfin la Nationale, loin derrière avec 151 G$ d’actifs sous gestion.

Le prix de l’action ne dit pas grand-chose non plus, car il dépend du nombre d’actions en circulation, entre autres éléments, et surtout des attentes des bénéfices de la part des investisseurs, qui se trompent régulièrement, comme chacun le sait. Quant au dividende dont on a parlé la semaine dernière, il ne représente qu’un élément du rendement, l’autre élément étant la progression du prix de l’action, qui procure à la revente un gain de capital, imposable à 24 % seulement au Québec, donc moins encore que le 30 % du dividende, quand l’action est détenue dans un compte régulier, en dehors d’un compte enregistré comme un REER.

Attention aux graphiques qu’on vous montre sur l’évolution du prix de l’action : il ne tient pas compte habituellement du dividende. Le rendement sur les capitaux propres, lui, reste une mesure comptable, calculé sur les bénéfices passés, qui peut donc vous permettre d’essayer d’entrevoir les bénéfices futurs, si vous observez une période de plusieurs années.

Au 30 avril dernier, c’est la CIBC, 5e par la taille, qui a livré le meilleur rendement sur les fonds propres, à 21,8 %, devant la Scotia à 18,7 %, la petite Nationale à 17,9 %, la grosse Royale à 16,7 %, BMO à 15,3 % et enfin la TD à 13,5 % seulement. Encore une fois, ce n’est donc pas la taille qui détermine la rentabilité d’une entreprise.

Alors en voyant les 10,6 G$ de bénéfices que nos six grandes banques ont accumulés ensemble en deux trimestres seulement, vous pouvez toujours dénoncer ces bénéfices scandaleux, ou bien… ou bien décider d’acheter des actions de ces grandes institutions financières, qui se classent parmi les plus solides au monde dans leur domaine, comme on l’a vu encore lors de la dernière crise financière. Rappelez-vous que c’est avec l’argent que vous leur confiez, qu’elles réalisent ces énormes bénéfices, pendant qu’elles vous paient de faibles taux d’intérêt sur vos épargnes. En achetant leurs actions, vous obtiendrez les mêmes rendements juteux que tous leurs autres actionnaires, petits ou gros.

andrehains@videotron.ca