-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police



Cliquez ICI.



Nous écrire par courriel

leriaq@gmail.com

Partenaires du RIAQ 



Information de base sur ce logiciel gratuit qui permet
de voir l'écran d'une animatrice ou d'un animateur. 
Cliquez ICI.
Pour vous brancher immédiatement,
cliquez ICI.


Services gouvernementaux du fédéral

Portail pour les aînés
Services gouvernementaux du provincial


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: leriaq@gmail.com
Améliorer votre français
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Astronomie
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Blogs et sites personnels
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Inscription au RIAQ
Jeux
Librairie gratuite
L'Univers Digital pour Tous (FRANCE)
Mini-conférences
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Seniors en FRANCE
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout - 1
Un peu de tout - 2
 Sites suggérés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Accueil>>André Hains

André Hains - Doubler la rente du Québec ?
Le 14 juin dernier, les ministres des Finances du Canada et des provinces étaient réunis en Nouvelle-Écosse, en compagnie de leurs collègues responsables des régimes publics de rente, pour étudier notamment la possibilité d’augmenter la taille du régime de rente du Québec et du régime de pension du Canada dans les autres provinces. Le vieillissement des populations des pays industrialisés, pousse apparemment dans cette direction.

Comme on s’y attendait, les grands syndicats proposent de doubler carrément la taille des régimes publics de rente, afin de procurer de meilleures rentes à tous les travailleurs. La Fédération canadienne des entreprises indépendantes, comme d’autres organismes patronaux, affirment que cela n’est pas nécessaires, et qu’une telle mesure augmenterait énormément la masse salariale, dans ce pays qui traîne lamentablement de l’arrière au chapitre de la productivité, justement en bonne partie à cause des coûts de main-d’œuvre.

Rappelons que les régimes publics de rente coûtent déjà 9,9 % des salaires, payé à parts égales par les entreprises et les employés. Les travailleurs autonomes, pour leur part, doivent donc payer la totalité de ces régimes, qui s’ajoutent à l’assurance emploi, aux frais de santé et médicaments, à l’assurance parentale, et quoi encore.

Le ministre québécois Sam Hamad, responsable de ce dossier, a ajouté pour sa part qu’on pourrait même créer un REER public (régime enregistré d’épargne retraite), qui s’ajouterait au REER privé auquel tout travailleur peut cotiser, et qu’on pourrait confier ces nouvelles sommes à la Régie des rentes du Québec, qui confie déjà ses cotisations à la Caisse de dépôt et placement. Les banques et autres institutions financières ne vont probablement pas trouver drôle cette nouvelle concurrence pour attirer l’épargne des travailleurs.

Le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, a refroidi un peu l’ardeur syndicale, en déclarant qu’on pourrait certainement augmenter les cotisations des entreprises et des employés aux régimes publics de retraite, mais lentement et graduellement, et non pas en les doublant rapidement. Personnellement, je ne vois pas comment on pourrait inciter les familles à épargne davantage pour la retraite, en multipliant les véhicules de placement. On risque plutôt d’augmenter la confusion au lieu de l’épargne, comme le CELI (compte d’épargne libre d’impôt) l’a déjà fait depuis deux ans. Le bon vieux REER traditionnel existe depuis 1957, et au moins la moitié des travailleurs canadiens n’en possèdent même pas.

Les gens épargnent ce qu’ils veulent, ou ce qu’ils peuvent; on ne peut pas les « forcer » à le faire davantage, en multipliant les modes d’épargne. La plupart des familles savent déjà que si elles n’épargnent pas au moins 10 % sur chaque paye nette, cela signifie qu’elles vivent au-dessus de leurs moyens. On peut bien faire de l’éducation populaire pour les inciter à épargner encore plus, mais on ne peut pas les forcer à le faire, même avec des régimes publics.

En commençant par 10 % du revenu net, on peut ensuite passer à 12 %, puis à 15 % et ainsi de suite. Le bon vieux REER permet d’épargner jusqu’à 18 % du revenu brut, et non pas seulement du revenu net. Les gens qui veulent épargner, peuvent donc le faire fortement.

andrehains@videotron.ca