-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police



Cliquez ICI.



Nous écrire par courriel

leriaq@gmail.com

Partenaires du RIAQ 



Information de base sur ce logiciel gratuit qui permet
de voir l'écran d'une animatrice ou d'un animateur. 
Cliquez ICI.
Pour vous brancher immédiatement,
cliquez ICI.


Services gouvernementaux du fédéral

Portail pour les aînés
Services gouvernementaux du provincial


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: leriaq@gmail.com
Améliorer votre français
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Astronomie
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Blogs et sites personnels
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Inscription au RIAQ
Jeux
Librairie gratuite
L'Univers Digital pour Tous (FRANCE)
Mini-conférences
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Seniors en FRANCE
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout - 1
Un peu de tout - 2
 Sites suggérés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Accueil>>André Hains

André Hains - Couche-Tard : avant de rêver…
18 juillet 2010 - Le deuxième plus gros réseau de dépanneurs en Amérique du Nord, Alimentation Couche-Tard, a dévoilé la semaine dernière les résultats financiers du quatrième trimestre de son année financière terminée le 25 avril dernier. Du coup, on peut compiler les résultats pour l’ensemble de l’année, et constater « des résultats à faire rêver », comme les titrait un grand quotidien le lendemain. Mais avant de rêver…

Au cours de son quatrième trimestre, les revenus totaux ont explosé de 33 %, pour atteindre 4 milliards $ (G) américains. Pour l’ensemble de l’année, cependant, les ventes totales n’ont augmenté que de 4 % à 16,43 G$, qui soulignent la forte dépendance des dépanneurs aux prix du pétrole et de l’essence, dont les revenus représentent environ 60 % de tous les revenus de l’entreprise, même s’ils ne représentent que 20 % environ des bénéfices.

Le bénéfice d’exploitation a presque doublé le bond des ventes, en hausse de 62 % à 101,1 millions $ (M), toujours américains, évidemment. Donc faibles marges bénéficiaires, qui ont quand même semblé meilleures au cours des trimestres précédents, puisque sur l’ensemble de l’année, les bénéfices d’exploitation ont atteint 442,1 M$, en hausse de 9 % sur l’année précédente.

Du bénéfice d’exploitation, il faut retirer les coûts d’opération, qui laissent un bénéfice net de 68,8 M$ au quatrième trimestre, en très forte hausse de 81 % sur ceux du même trimestre 2009. Pour l’ensemble de l’année, le bénéfice net atteint 302,9 M$, en hausse de 19 % sur ceux de l’année précédente.

Enfin, le bénéfice par action, celui qui intéresse vraiment les actionnaires, a bondi de 85 % au quatrième trimestre, à 0,37 $, par rapport au dernier trimestre de l’année précédente. Pour l’ensemble de l’année, il a atteint 1,60 $, en hausse de 24 % sur celui de l’année précédente.

Ajoutons tout suite ici que les résultats du quatrième trimestre comportent un poste extraordinaire ou spécial (qui ne fait pas partie de l’exploitation courante), soit un gain de capital de 11,3 M$ attribuable à la revente en avril de quelque 2 M d’actions de Casey’s, la chaîne américaine de 1500 dépanneurs que Couche-Tard tente d’acheter. Ces actions avaient été achetées au cours des mois précédents, avant l’offre d’acquisition de toutes les actions à 36 $ au comptant.

Malgré les bonds spectaculaires enregistrés au dernier trimestre, provenant en bonne partie du poste spécial (qui ne se répète pas chaque année), ils semblent donc dire surtout que le quatrième trimestre de l’année précédente avait été particulièrement difficile. Alors avant de rêver en espérant que ces bonds vont se répéter au cours des prochains trimestres, il faudrait sans doute pousser l’analyse un peu plus loin.

En regardant les graphiques sur dix ans, on constate que l’action de Couche-Tard a progressé de quelque 800 %, alors que le TSX de Toronto faisait du surplace. Après la forte poussée de 2002 à 2007, l’action du dépanneur de Laval a sévèrement reculé au cours des deux années suivantes. Bref, l’action de Couche-Tard, en forte croissance, demeure un titre très volatil. Un titre qui commande la prudence, qu’on ne verrait pas dans le cœur d’un portefeuille, mais plutôt en périphérie.

andrehains@videotron.ca