-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police





Nous écrire par courriel

riaqsecretariat@gmail.com

Partenaires du RIAQ 



Information de base sur ce logiciel gratuit qui permet
de voir l'écran d'une animatrice ou d'un animateur. 
Cliquez ICI.


Services gouvernementaux du fédéral

Portail pour les aînés
Services gouvernementaux du provincial


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: riaqsecretariat@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Blogs et sites personnels
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Inscription au RIAQ
Jeux
Mini-conférences
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout...
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Accueil>>André Hains

André Hains - Trois fois 5 milliards $
5 septembre 2010 - Pour un troisième trimestre consécutif, celui qui a pris fin le 31 juillet dernier, les six grandes banques canadiennes ont réalisé ensemble un bénéfice de plus de 5 milliards $ (G$). Pendant que des consœurs beaucoup plus grosses frôlaient  la faillite dans d’autres pays, les six grandes banques canadiennes continuaient d’accumuler de bons bénéfices. Quand on dit que le système bancaire canadien repose sur des bases solides, on en a vu encore une preuve au dernier trimestre.

À ce dernier trimestre, la Royale (704 G$ d’actifs sous gestion), la TD (603) la Scotia (523), BMO (397), la CIBC (350) et la petite Nationale (146), ont accumulé ensemble 5 095 millions $ (M$) de bénéfices. Pour les neuf premiers mois de leur année financière, elles ont accumulé 15 669 M$, ou près de 15,7 G$ de bénéfices, contre 9,66 G$ au cours des trois premiers trimestres de 2009; on dit bien de bénéfices (ligne du bas à l’état des résultats financiers), et non pas de revenus ou de ventes (ligne du haut).

À ce dernier trimestre, les trois plus grosses ont même enregistré chacune un bénéfice supérieur à 1 G$. Pour les trois premiers trimestres, les cinq plus grosses banques (par l’actif sous gestion) ont même frôlé ou dépassé allègrement les 2 G$ de bénéfice au cumulatif. Les six banques ont enregistré une progression de leurs bénéfices d’ensemble de 8 % au dernier trimestre, par rapport au même trimestre 2009. Sur les trois premiers trimestres, le bénéfice global a bondi de 62 %, ce qui explique pourquoi les banques ont vu leurs actions reculer cet été, sur les marchés boursiers : une telle progression devenait intenable, et les gros gestionnaires de portefeuilles ont donc « liquidé » des banques en mai et juin derniers.

Ces chiffres impressionnants peuvent cependant s’avérer trompeurs, pour les nouveaux investisseurs. Quand on achète des actions d’une entreprise, c’est une part des bénéfices à venir que l’on recherche, et non pas une part des bénéfices passés. Le critère à surveiller de près s’appelle donc le rendement sur les fonds propres, qu’on appelle aussi l’avoir des actionnaires.

Or au cours des neuf premiers mois de leur année financière en cours, qui prendra fin le 31 octobre, ce ne sont pas les trois plus grosses banques qui ont livré le meilleur rendement sur les capitaux propres, mais la cinquième, la CIBC, qui a atteint un rendement surprenant de 21,1 %, contre 18,5 % pour la Scotia, et à peine 13,1 % pour la TD. Surprenant? Pas vraiment, à bien y penser.

Depuis plusieurs années, la CIBC s’est montrée la plus audacieuse, et de loin, alors que la TD s’affiche plutôt comme la plus prudente, la plus conservatrice. Avant le krach boursier de l’automne 2008 et de l’hiver 2009, par exemple, la CIBC avait plongé tête première dans les tristement célèbres PCAA (papiers commerciaux adossés à des créances), les hypothèques à risque élevé, et autres produits dérivés; c’est donc elle qui a plongé le plus, lors de ces deux trimestres. La TD, au contraire, n’a jamais touché à ces produits commerciaux difficiles à comprendre, même pour les spécialistes; c’est elle qui a le moins souffert, et qui a donc rebondi le moins, lors de la reprise fulgurante de mars 2009 à avril 2010.

Morale de cette histoire récente : avant d’investir dans une banque, il vaudrait mieux regarder l’évolution des résultats sur plus d’un mois ou trois. Disons plutôt cinq ans, par exemple.

andrehains@videotron.ca