-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police






Partenaires du RIAQ 



Avec ce MIKOGO, 
1. Tapez le code de 9 chiffres
donné par l'animateur/trice,
2.
Tapez votre prénom.
3.
Cliquez sur «Rejoindre une session».

Pour installer MIKOGO, cliquez
ICI. 


Services fédéraux

Portail pour les aînés
Services provinciaux


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: riaqsecretariat@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Partenaires du RIAQ
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Formulaire de renouvellement
Inscription au RIAQ
Jeux
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout...
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Accueil>>André Hains

André Hains - La grande leçon de la Caisse de dépôt
27 février 2011 - La Caisse de dépôt et placement du Québec, le plus important portefeuille privé au Canada, a dévoilé jeudi dernier les résultats financiers de son année 2010 : un bénéfice de 13,6 %, qui la place aux premiers rangs des gestionnaires de gros portefeuille au Canada. Ces résultats  tranchent nettement avec la perte énorme de 25 % enregistrée en 2008, qui représentait alors quelque 40 milliards $ (G$). En deux ans, 2009 et 2010, la Caisse a donc récupéré pratiquement tout le terrain perdu en 2008, et se trouve maintenant à 3 ou 4 G$ près du sommet de 154 G$ qu’elle avait atteint en 2007.

De 2002 à 2007, la Caisse faisait aussi partie des meilleurs gestionnaires au Canada, mais en prenant des risques importants avec les nouveaux produits financiers de l’époque, notamment les tristement célèbres PCAA ou papiers commerciaux adossés à des actifs. Rappel et explications.

Quand vous achetez des meubles chez un marchand qui vous dit que vous ne paierez rien avant 24 ou 36 mois, que fait-il, lui, pour payer les meubles qu’il doit acheter chaque semaine ou chaque mois, afin de poursuivre ses opérations? Il se tourne tout simplement vers une institution financière, et lui vend le contrat que vous venez de signer avec lui; et c’est cette institution qui supporte ce crédit, moyennant des frais d’administration et d’intérêt, bien entendu. Même chose pour l’auto que vous achetez à crédit.

Même chose encore pour les hypothèques qui servent à financer l’achat des maisons. Les banques peuvent en financer elles-mêmes une partie, mais elles peuvent aussi en refiler une partie à d’autres institutions financières, sous forme de PCAA. C’est ce qui s’est produit aux États-Unis et ailleurs dans le monde, où l’on a financé des maisons vendues à des prix beaucoup trop élevés, à des acheteurs qui n’avaient manifestement pas les moyens de s’acheter des maisons de ces prix-là. Plus on achète, plus les prix montent; plus les prix montent, plus on achète. Et cela crée une bulle immobilière qui finit par éclater, comme toutes les bulles.

La Caisse avait plongé tête première dans ces produits dérivés (PCAA, marchés à terme, options, fonds de couverture, etc.), et quand la bulle a éclaté, les prix de ces produits se sont mis à dégringoler, plus vite encore que les prix des maisons. Henri-Paul Rousseau et son équipe de direction de la Caisse ont pris tous les moyens pour limiter les dégâts, mais le mal était fait.

Son successeur Michael Sabia et la nouvelle équipe ont adopté une stratégie beaucoup plus prudente et conservatrice, quitte à obtenir des rendements peut-être moins spectaculaires, mais beaucoup plus sécuritaires aussi. C’est là la principale leçon qu’on doit retenir des récents résultats de la Caisse : on peut obtenir d’excellents résultats, tout en faisant preuve de prudence dans la gestion d’un portefeuille.

Comme dit Warren Buffett, avec sa verve habituelle : la première règle en matière de placement, c’est de s’organiser pour ne jamais perdre son argent à long terme; le seconde règle, c’est de ne jamais oublier la première.

andrehains@videotron.ca