-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police





Nous écrire par courriel

riaqsecretariat@gmail.com

Partenaires du RIAQ 



Information de base sur ce logiciel gratuit qui permet
de voir l'écran d'une animatrice ou d'un animateur. 
Cliquez ICI.


Services gouvernementaux du fédéral

Portail pour les aînés
Services gouvernementaux du provincial


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: riaqsecretariat@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Blogs et sites personnels
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Inscription au RIAQ
Jeux
Mini-conférences
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout...
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Accueil>>André Hains

André Hains - Des résultats impossibles à prévoir
6 février 2011 - Au moment d’écrire ces lignes, dimanche midi, les Steelers de Pittsburgh et les Packers de Green Bay se préparent pour l’affrontement ultime de fin de journée, en vue de l’obtention du Super Bowl. Les simples amateurs occasionnels ont autant de chances que les experts, dans le choix du gagnant, puisque comme tous les experts, ceux-ci vont probablement demeurer divisés jusqu’à la fin de la rencontre. Une chance sur deux d’avoir raison, pour tout le monde.

Qui aurait pu prévoir, en mars dernier, que le Canadien de Montréal irait aussi loin dans les éliminatoires de fin de saison, après avoir obtenu une place en séries par la peau des dents? Ils ont pourtant battu les puissants Capitals de Washington et Penguins de Pittsburgh, deux des meilleures équipes de la Ligue Nationale de Hockey.

Personne ne peut prévoir également ce qui va ressortir du « printemps arabe », qui réveille présentement la jeunesse du Proche-Orient. Nous sommes pourtant tous concernés, puisque la moitié du pétrole consommé chaque jour dans le monde, provient de là ou passe par cette  région névralgique du monde.

L’automne dernier, le fromager Saputo, numéro un au Canada et 12e au monde par sa taille, a dû faire face à un problème de salubrité dans une de ses usines; le problème lui a coûté 1,3 million $, selon ses récents résultats financiers, mais l’action n’a pratiquement pas bougé à la Bourse. Il y a deux ou trois ans, le charcutier Maple Leaf, filiale du puissant groupe McCain, a connu le même genre de problème, et son action a dégringolé à la Bourse. Faut-il conclure que Maple Leaf est une entreprise plus fragile que Saputo?

La saison des résultats financiers de l’automne 2010 tire à sa fin aux États-Unis, et se poursuit au Canada. Les deux tiers des entreprises ont publié des résultats supérieurs aux attentes des analystes financiers, pourtant des spécialistes en la matière. Faut-il comprendre que les prévisions des analystes ne valent pas grand-chose? En tous cas, la grande majorité de ces spécialistes qui suivaient Nortel à 124,50 $ l’action au début de 2000, la voyaient à 150 et même 200 $; ce n’était qu’une « question de temps », selon eux. On connaît la suite.

Les économistes et les analystes financiers font généralement un excellent travail, quand ils décrivent l’évolution de l’économie, ou celle d’une entreprise et de ses concurrentes. Ils se basent alors sur des faits avérés, constatés, observés de près et décortiqués.

Quand on leur demande de prédire l’avenir, on leur demande l’impossible. Ils peuvent nous dire que tant que les taux d’intérêt vont demeurer bas, les épargnants investisseurs vont continuer de chercher de meilleurs rendements du côté des valeurs mobilières (marchés boursiers) ou immobilières (bâtisses, maisons, terrains…). Mais s’ils s’avisent de tenter de prévoir quand aura lieu la prochaine hausse des taux d’intérêt, alors là on peut aussi bien leur demander qui va gagner le Super Bowl ce soir.

Quand les médias d’information annoncent les prévisions de résultats financiers des entreprises, ce sont des moyennes qu’ils utilisent, donc les prévisions de 15 ou 20 spécialistes, qui peuvent varier parfois du simple au double. Peut-on vraiment se fier à ces prévisions pour acheter ou vendre des actions?

andrehains@videotron.ca