-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police



Nous écrire par courriel

leriaq@gmail.com

Partenaires du RIAQ 



Information de base sur ce logiciel gratuit qui permet
de voir l'écran d'une animatrice ou d'un animateur. 
Cliquez ICI.
Pour vous brancher immédiatement,
cliquez ICI.


Services gouvernementaux du fédéral

Portail pour les aînés
Services gouvernementaux du provincial


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: leriaq@gmail.com
Améliorer votre français
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Astronomie
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Blogs et sites personnels
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Inscription au RIAQ
Jeux
Librairie gratuite
Mini-conférences
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout - 1
Un peu de tout - 2
 Sites suggérés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Accueil>>André Hains

André Hains - Nouvelle bulle technologique
22 mai 2011 - À la fin des années 1990, la bulle technologique des .com (on prononçait « point com » a fait perdre des milliards de dollars aux nouveaux investisseurs imprudents. Plusieurs n’ont pas retenu la leçon, et vont maintenant se faire attraper de nouveau par la nouvelle bulle technologique, avec des centaines de milliers d’autres investisseurs imprudents. La seule différence, c’est que cette nouvelle bulle se gonfle maintenant avec les réseaux sociaux, qui ont remplacé les .com.

Mercredi dernier, le réseau social des professionnels et gens d’affaires, LinkedIn, a lancé un premier appel publique à l’épargne, au prix démentiel de 45 $US l’action, en hausse de 30 % sur celui que les dirigeants de cette entreprise comptaient obtenir quelques jours plus tôt seulement. Mais devant la demande délirante des investisseurs, ils ont fortement augmenté le prix demandé, et même là ils ont fait un malheur avec le prix de l’action, qui a rapidement bondi à 80 $ en quelques minutes, puis à 122 $, avant de redescendre à 94 $ en fin de séance boursière.

Quand on achète une action ou une entreprise au complet, on accepte de payer dix, douze ou quinze fois les bénéfices annuels de cette entreprise. Quand on achète une maison à revenus, on accepte de payer dix ou douze fois les revenus de location. Au-delà de ces multiples, il faut y penser à deux fois avant d’investir, et même plus longtemps encore.

À 45 $ l’action pour LinkedIn, les acheteurs ont accepté de payer 275 fois les bénéfices de l’an dernier de cette entreprise. Vous avez bien lu : 275 fois le BPA ou bénéfice par action. Un point de comparaison? Quand l’action de Nortel a atteint son niveau record de 124,50 $ en 1999, cela représentait environ 110 fois son bénéfice annuel. Autrement dit, en payant ce prix exorbitant, l’acheteur espérait que cette action se paierait d’elle-même, avec ses bénéfices annuels, dans… 110 ans!

L’action de LinkedIn s’est vendue 275 fois le BPA au départ, et a terminé la journée à 560 fois environ…! Faites le calcul vous-même à 122 $, avec une simple règle de trois. Quand on parle de bulle et de délire, c’est cela qu’on veut dire.

Et ce ne sont pas des petits investisseurs individuels comme vous et moi, qui ont payé ces prix fous : les petits investisseurs n’ont tout simplement pas pu obtenir d’actions disponibles au départ. Ce sont les gros investisseurs individuels qui ont réservé toutes les actions disponibles, et qui ont revendu à d’autres, une fois que le prix avait doublé ou triplé. Les acheteurs à la Bourse? D’autres gros spéculateurs, et malheureusement beaucoup de petits investisseurs, dont plusieurs ont perdu beaucoup d’argent, entre 122 $ et 94 $.

Cette folie furieuse va se répéter, quand d’autres réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et autres Groupon vont vouloir se vendre eux aussi à prix d’or. Au lieu de tenter de réserver des actions pour la prochaine crise d’hystérie boursière, recherchez donc un bon conseiller financier, qui vous expliquera comment obtenir de bons rendements raisonnables et à long terme.

andrehains@videotron.ca