-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police






Partenaires du RIAQ 



Avec ce MIKOGO, 
1. Tapez le code de 9 chiffres
donné par l'animateur/trice,
2.
Tapez votre prénom.
3.
Cliquez sur «Rejoindre une session».

Pour installer MIKOGO, cliquez
ICI. 


Services fédéraux

Portail pour les aînés
Services provinciaux


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: riaqsecretariat@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Partenaires du RIAQ
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Formulaire de renouvellement
Inscription au RIAQ
Jeux
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout...
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Accueil>>André Hains

André Hains - Retour à la hausse des taux d’intérêt ?
10 avril 2011 - La Banque centrale européenne (BCE) a décidé, jeudi dernier, de hausser de 0,25 % (25 points de base) ses taux directeurs d’intérêt, devant la menace croissante d’une reprise de l’inflation. La monnaie commune européenne, l’euro, a immédiatement réagi à la hausse, atteignant 1,45 $ américain ($US), son plus haut sommet en un an.

Quelques jours plus tôt, la Chine avait aussi augmenté son taux directeur d’intérêt, la 7e ou 8e hausse en un an, pour la même raison : freiner la hausse de l’inflation, avant qu’elle ne devienne incontrôlable, comme elle le fût dans les pays industrialisés au début des années 1980, ce qui a forcé les gouvernements à augmenter en panique leurs taux directeurs d’intérêt, jusqu’à des niveaux jusqu’alors jamais vus de 16 à 18 %, une médecine de cheval qui a entraîné les économies occidentales dans la dernière grande récession de l’ère industrielle.

Les gouvernements occidentaux ont retenu la leçon : vaut mieux prévenir que guérir, ou vaut mieux augmenter les taux d’intérêt dès que l’inflation pointe le bout de son nez menaçant. Ou encore vaut mieux combattre un feu de brindilles dès qu’il apparaît, plutôt que de se retrouver devant un incendie de forêt en peu de temps.

En augmentant les taux d’intérêt, on freine l’usage du crédit, et on force les consommateurs et les entreprises à y penser deux fois, avant de s’endetter comme des dingues. Les futurs propriétaires retarderont peut-être l’achat d’une maison, et disposeront donc d’une mise de fonds supérieure dans un an ou deux, ou ils achèteront une maison moins dispendieuses, plus conforme à leurs moyens. Quant aux entreprises, elles y penseront deux fois, avant de se lancer dans de coûteux projets de fusion/acquisition, devant des conditions de crédit plus onéreuses, qui augmenteraient les risques de leurs projets.

Dans les pays industrialisés, les banques centrales tolèrent des taux d’inflation autour de 2 % par année, avec des taux de croissance économique de 3 % environ. En Europe, on se dirigeait rapidement vers un taux d’inflation de 2,5 % : alerte et hausse de taux! En Chine, les taux de croissance économique de 8 à 10 % par année, commençaient à faire grimper rapidement le taux d’inflation dans les 5 %. Cette nouvelle grosse locomotive file un train d’enfer, qui pourrait entraîner une crise économique mondiale, en cas très probable de déraillement.

Les dernières statistiques annoncent que le Canada devrait connaître cette année le meilleur taux de croissance économique des pays du G7 (Canada, États-Unis, France, Allemagne, Italie, Grande-Bretagne et Japon), autour de 3,5 %. Le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, surveille ces chiffres d’un œil inquiet, mais avec un taux d’inflation de base en bas de 2 %, il peut retenir son souffle encore un bout de temps.

Mais il ne fait aucun doute que les taux d’intérêt vont bientôt repartir à la hausse, dans la plupart des pays industrialisés et en voie de développement. Les emprunteurs devraient modérer leur appétit, et rallonger la partie fixe de leur hypothèque, par exemple.

Mais les taux ne vont pas bondir fortement ni rapidement, comme l’espèrent les épargnants, retraités et autres habitués à des taux d’intérêt bancaires de 4 ou 5 %. Ils devront donc se trouver d’autres véhicules de placement, pour obtenir de meilleurs rendements.

andrehains@videotron.ca