-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police





Nous écrire par courriel

riaqsecretariat@gmail.com

Partenaires du RIAQ 



Information de base sur ce logiciel gratuit qui permet
de voir l'écran d'une animatrice ou d'un animateur. 
Cliquez ICI.


Services gouvernementaux du fédéral

Portail pour les aînés
Services gouvernementaux du provincial


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: riaqsecretariat@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Blogs et sites personnels
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Inscription au RIAQ
Jeux
Mini-conférences
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout...
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Accueil>>André Hains

André Hains - Des taux bas encore longtemps
19 juin 2011 - Le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, a répété mercredi dernier dans une conférence à Vancouver, que les taux d’intérêt allaient augmenter. La déclaration a fait les manchettes dans l’actualité économique et financière. Normal : c’est la Banque du Canada qui contrôle les hausses et les baisses des taux d’intérêt, un sujet qui intéresse tout le monde, aussi bien les épargnants que les consommateurs et les investisseurs.

Mais M. Carney s’est bien gardé de dire quand les taux allaient augmenter, ni à quelle vitesse, et encore moins jusqu’à quelle hauteur. Normal aussi : le gouverneur et ses collègues ne contrôlent pas l’évolution de l’économie canadienne, et encore moins de l’économie mondiale; ils se contentent de réagir son évolution, la seule chose qu’ils peuvent faire.

Depuis plus de deux ans, les taux ont atteint un niveau tellement bas, qu’ils ne peuvent pratiquement plus baisser. Ils ont donc beaucoup plus de chances d’augmenter, que de baisser encore. Ça, c’est la théorie.

Quand une banque centrale veut stimuler l’économie, elle abaisse ses taux directeurs d’intérêt, pour favoriser la consommation et l’investissement. Quand l’économie semble vouloir surchauffer, la banque augmente les taux d’intérêt, pour freiner la consommation et l’investissement, et inciter les consommateurs et investisseurs à épargner davantage. C’est devant cette dernière situation, que se trouvent maintenant les banques centrales.

Mais dans la pratique, il faut aussi regarder les décisions que prennent les détenteurs de capitaux : banques, compagnies d’assurances, grandes caisses de retraite, etc. Jeudi dernier, par exemple, ces gestionnaires qui contrôlent des milliards de dollars, ont accepté de prêter de l’argent à 2,90 % pour des obligations de dix ans… Vous avez bien lu : 2,90 % pour des obligations de dix ans, celles qui servent habituellement de point de référence pour les marchés boursiers. Pour des obligations de trente ans, émises habituellement par les gouvernements fédéral et provinciaux et leurs filiales, Hydro-Québec par exemple, les taux d’intérêt n’ont atteint que 4,15 %. Pas de faute de frappe là non plus : il s’agit bien de 4,15 % pour des obligations de trente ans.

La société chargée de rassembler les 1,9 milliards $ pour la construction du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), a émis la semaine dernière, des obligations pour quarante ans. La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) en a achetées pour un peu plus de 400 millions $, mais n’a pu obtenir que 6,7 %... pour quarante ans. Mais cela n’a pas fait les manchettes, le marché obligataire étant beaucoup moins spectaculaire que le marché boursier, même s’il se transige quotidiennement huit à dix fois plus d’argent sur le premier que sur le second.

Quand on dit que les taux d’intérêt vont demeurer très bas pendant encore très longtemps, c’est cela que l’on veut dire. Les épargnants qui ont obtenu 4 ou 5 % pour des certificats de placement garantis (CPG) il y a quatre ou cinq ans, vont maintenant se faire offrir des taux deux ou trois fois plus faibles dans quelques mois, au moment de renouveler ces CPG. Pour des rendements dignes de ce nom, ils vont devoir regarder ailleurs.

andrehains@videotron.ca