-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police






Partenaires du RIAQ 



Avec ce MIKOGO, 
1. Tapez le code de 9 chiffres
donné par l'animateur/trice,
2.
Tapez votre prénom.
3.
Cliquez sur «Rejoindre une session».

Pour installer MIKOGO, cliquez
ICI. 


Services fédéraux

Portail pour les aînés
Services provinciaux


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: riaqsecretariat@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Partenaires du RIAQ
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Formulaire de renouvellement
Inscription au RIAQ
Jeux
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout...
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Accueil>>André Hains

André Hains - Comment régler ses problèmes d’endettement
12 juin 2011 - La jeune femme venait d’une famille qui avait toujours tiré le diable par la queue, avec de lourds intérêts à payer chaque mois sur ses dettes. Les problèmes de cette famille ne venaient pas d’un manque de revenus, mais de dépenses nettement excessives.

Parvenue au début de la trentaine, la jeune femme avait suivi le même chemin, m’a-t-elle raconté un jour, lors d’une pause café. En plus de son emploi à temps plein au poste de radio où je l’ai connue, elle occupait deux autres emplois à temps partiel, à la vente de billets au Stade olympique, et comme hôtesse dans des congrès, colloques et autres événements de toutes sortes. Elle gagnait donc bien sa vie, mais  elle traînait dans sa sacoche une dizaine de cartes de crédit à fort taux d’intérêt, qui lui prenaient chaque mois une bonne part de ses revenus nets, donc après impôt.

Après la pause, elle m’a montré quelques-unes de ses cartes les plus onéreuses. J’ai saisi la paire de ciseaux sur son bureau, et j’ai coupé ces cartes en petits morceaux, pendant qu’elle me regardait les yeux grands ouverts, et la bouche aussi.

Qu’est-ce que vous faites là, m’a-t-elle demandé?
- Je suis en train de régler ton problème d’endettement.
- Mais qu’est-ce que je vais faire, sans mes cartes?
- Tu vas dépenser moins, et tu vas commencer à épargner.

Je lui ai expliqué que ce n’est pas l’argent qu’on gagne qui compte le plus, mais celui qu’il nous reste, après avoir payé les dépenses absolument essentielles comme la nourriture, le logement, le téléphone, etc. Les vêtements? On peut toujours s’arranger, avec un peu d’imagination, et en surveillant bien les ventes.

Si tu ne peux pas mettre de côté 10 % de tous tes revenus nets, incluant ceux de ton travail à temps partiel, cela veut dire que tu vis au-dessus de tes moyens, comme tes parents. L’épargne, ce n’est pas ce qui nous reste au jour 30 ou 31 du mois; c’est ce qu’on doit mettre de côté dès qu’on reçoit une paie. C’est comme cela qu’on contrôle ses dépenses, et qu’on bâtit sa sécurité financière, pierre par pierre, paie par paie.

Ensuite, on verse ses épargnes le plus tôt possible dans un REER, pour éviter les tentations de les dépenser, et pour réduire les impôts le printemps suivant, tout en permettant aux épargnes d’obtenir des rendements à l’abri de l’impôt.

J’ai rencontré cette jeune femme deux ou trois ans plus tard. Elle n’avait plus que deux cartes de crédit, pour se dépanner, et dont elle payait le solde chaque mois. Elle payait comptant la plupart de ses dépenses. Elle épargnait des centaines de dollars par mois d’intérêt, et construisait sa sécurité financière, lentement mais sûrement. Et ça va plus vite en épargnant 15 % sur chaque paie, a-t-elle ajouté, avec un sourire complice.

andrehains@videotron.ca