-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police



Nous écrire par courriel

leriaq@gmail.com

Partenaires du RIAQ 



Information de base sur ce logiciel gratuit qui permet
de voir l'écran d'une animatrice ou d'un animateur. 
Cliquez ICI.
Pour vous brancher immédiatement,
cliquez ICI.


Services gouvernementaux du fédéral

Portail pour les aînés
Services gouvernementaux du provincial


Portail pour les aînés


 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: leriaq@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
C'est quoi le RIAQ???
Devenez partenaire du RIAQ
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Services aux membres du RIAQ
 MENU
Accueil
Arnaques des aînés
Astronomie
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bizarreries
Blog de...
Blogs et sites personnels
Charte du RIAQ
Création de site web avec le RIAQ
Inscription au RIAQ
Jeux
Librairie gratuite
Mini-conférences
Nos objectifs
Rabais pour les aînés
Réflexion du dimanche par Richard Ratelle
Réflexion du samedi par Richard Ratelle
Rire aux larmes
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout - 1
Un peu de tout - 2
 Sites hébergés par le RIAQ
CLAVA Comité lavallois en abus et violence envers les aînés
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
Retraités flyés
 
Gaétan Therrien, sculpteur québécois 1927 -2005

 

Parmi les aînés québécois, en voici un qui a fait sa marque en sculpture. Cliquez ICI pour plus d'information.

Hommage posthume à Gaëtan Therrien

Chomedey s’enrichit de l’oeuvre«Les Visiteurs»

(Photo: René Beauchamp)

C’est le 26 mai dernier que l’on a inauguré officiellement la sculpture Les Visiteurs de Gaëtan Therrien, qui s’élève depuis près de deux ans au coin des boulevards Notre-Dame et Chomedey.
Le Service de la vie communautaire, de la culture et des communications de la Ville de Laval a procédé à l’inauguration en présence de membres de la famille de l’artiste.

Déjà fort malade au moment de sa réalisation, en janvier 2004, Gaëtan Therrien avait accepté l’idée semée en sa tête par Paul Lemay, ami de longue date et directeur général du Service de la vie communautaire, etc. Il a fait appel à son fils pour concrétiser cette dernière œuvre publique. Elle s’adresse à toute personne foulant le sol de l’île Jésus, près du pont Lachapelle, témoignant de l’hospitalité lavalloise, invitant les touristes à bien ouvrir grand leurs yeux devant les attractions de la ville.

«Quand mon père me parlait de cette sculpture, je voyais le feu de créer qui l’a toujours animé. Un pacte sans paroles a été initié entre nous. J’ai été ses bras, mais c’est lui qui l’a dessiné et mis en œuvre», de révéler Richard Therrien, qui avait aussi participé à la réalisation d’une deuxième version des Muses, la sculpture qui se dresse devant la Maison des Arts de Laval.

Richard Therrien a lu une lettre que lui a laissée son père de son lit d’hôpital, sachant déjà que son fils s’adresserait à la foule pour l’occasion.

«Mon œuvre montre une émotion fort discrète et heureuse à travers l’esthétisme, par une structure installée entre un pont et l’hôtel de ville.»

Tel qu’en témoignait aussi Monic Thouin-Perreault, artiste-peintre et membre du Conseil de la culture, avec Les Visiteurs et autres 375 œuvres mobiles, dont 30 intégrées en permanence dans les lieux publics municipaux: «on quitte les lieux clos d’exposition pour aller retrouver les gens chez eux, dans leur environnement. C’est une belle façon de s’approprier l’âme de notre ville», de dire celle qui a souvent fréquenté Gaëtan Therrien dans la vie culturelle de Laval, dont le Village des Arts dans les années’1970.

«Il avait un talent de rassembleur. Par des matériaux pleins de puissance et vitalité, pierre, cuivre, bronze, il inspirait la tendresse et l’humanité, dans un message de tolérance, d’accueil et d’amitié», de dire Mme Thouin-Perreault.
Artiste reconnu, diplômé de l’École des beaux-arts de Montréal en sculpture, Gaëtan Therrien voyagera en Europe de 1952 à 1953 où il étudiera avec le sculpteur Zadkine à l’Atelier de la Grande Chaumière et avec Gimond à l’Académie Julian.

En 1954, il s’installera à Sainte-Rose, où il ouvrira un atelier de sculpture; il travaillera alors sur des projets d’intégration de la sculpture à des édifices publics. Par la suite, sa carrière sera partagée entre la création et l’enseignement, notamment aux Séminaires de Sainte-Thérèse et Joliette.

«Pour travailler dans son atelier, et il a tant travaillé, ça lui prenait son café!», de souligner Lucille Therrien, l’épouse de l’artiste, sous le regard approbateur de son fils.

Notons aussi que M. Therrien a été membre fondateur de l’Association des sculpteurs du Québec, membre de l’Association des sculpteurs du Canada et du Club des Beaux-Arts de Montréal.
«Quand mon père me parlait de cette sculpture, je voyais le feu de créer qui l’a toujours animé.»
- Richard Therrien, fils de Gaëtan