-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police


Cliquez ICI.
___________________________


___________________________


___________________________


___________________________

___________________________


Cliquez ICI pour l'inscription.
Pourquoi devenir «membre» ? Cliquez ICI.

1-866-592-9408

Courriel: leriaq@gmail.com

DÉCALAGE HORAIRE !

Cliquez ICI pour avoir
«l'heure juste»
partout sur la planète.

 MENU
Accueil - Le RIAQ en 2021
Aide du RIAQ
Aide par téléphone - Le HAVRE
Arnaques des aînés
Astronomie et espace
Ateliers PRIVÉS pour les membres du RIAQ.
Automobiles - progrès
B L O G S
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bibliothèque gratuite du RIAQ
Bizarreries
Charte du RIAQ
Circulaires au Québec
Clubs informatiques
COVID-19
Création de site web avec le RIAQ
CYBERCURÉ
D O N S AU RIAQ
Demande de dépannage
Grands-parents
Humour
Inscription au RIAQ
Jeux
Mini-conférences «Qui sommes-nous, nous les humains ?» par Pierre Potvin
Nos objectifs
Pourquoi «devenir membre du RIAQ»
Rabais pour les aînés
Radio dans le monde
Santé
Sciences
Seniors en FRANCE
Terre des SÉNIORS (France)
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout - 1
Un peu de tout - 2
Un peu de tout - 3
Vélo
Vivre 100 ans et plus... en forme!
Voyages
ZOOM et le RIAQ
 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: leriaq@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
Devenez partenaire du RIAQ
DON au RIAQ
Francophonie mondiale
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Pourquoi devenir «membre du RIAQ» ???
RIAQ - Qu'est-ce que c'est ???
Services du RIAQ
 Sites suggérés par le RIAQ
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
 
Accueil>>Objectifs du RIAQ

Haiti, il y a du pain sur la planche...

 

 

Je suis revenue mardi soir de Haïti, ébranlée, obsédée par toute la détresse et la pauvreté aux lourdes conséquences que j'y ai vues.

 

Dimanche, 9 mars 2003

Je comprends tellement mieux maintenant les attitudes que nous trouvons quelques fois étranges quand ce n'est pas répréhensibles qu'ont certaines personnes immigrantes...

Aux plus petits d'entre les miens disait-il...

Il m'est difficile de vous décrire l'état de situation de ce pays à la dérive et pourtant si près de la terre américaine qui est aussi la nôtre...

Port-au-Prince est un égout à ciel ouvert; pas de système d'aqueduc, pas de système d'égout, pas de ramassage de détritus... La monnaie du pays, la gourde, a été dévaluée de plus de 100% au cours des derniers mois... Pour un dollar américain, il y a très peu de temps on obtenait 56 gourdes. C'est descendu à 44 gourdes quand j'ai quitté Haïti...

Tout est hors de prix; les gens n'arrivent même plus à se nourrir. Il faut payer pour tout: soins médicaux. Exemple: vous devez subir une intervention médicale: il vous faut fournir la suture des points que l'on devra vous faire en plus de payer le chirurgien, l'anesthésiste, les médicaments, les rayons X et tous les examens de laboratoire. Il faut se procurer tout avant l'intervention, sinon on ne vous opère pas. De plus, vous devez apporter vos draps et on doit venir vous nourrir. Si vous ne pouvez fournir tout cela; c'est bien de valeur...

En un mois et quelques jours, plus de treize femmes ont accouché de bébés mort-né à l'hôpital Immaculée-Conception des Caues parce qu'elles n'avaient pu se nourrir suffisamment...

L'école est payante... 17,00$ dollars haïtiens sont exigés par mois par enfant à l'école publique où  il peut y avoir jusqu'à 50 et 60 enfants par classe... de plus, les parents doivent payer l'uniforme de l'école; 60,00$, les fournitures scolaires et tutti quanti. Vous imaginez le nombre d'analphabètes?

Les gens sont en situation constante de survie ce qui les force à penser constamment dans l'immédiateté; qu'aurons nous pour manger aujourd'hui?

Avec la Fondation Aide aux Aînés, nous avons fait le tour des organismes subventionnés par la dite Fondation et qui travaille avec les personnes âgées qui vivent dans des hospices... Mon Dieu! mon Dieu! Ici, on ne mettrait pas des animaux dans de telles conditions sans que la SPCA n'intervienne! Des améliorations avaient été apportées par la Fondation mais il reste tant à faire! La plupart ne reçoivent qu'un seul repas par jour si on peut appeler cela nourriture cette espèce de purée innommable...

Nous avons aussi visité des refuges pour enfants handicapés et des hôpitaux. Dans quel état! J'y ai rencontré des femmes plus grandes que nature! De magnifiques sœurs québécoises qui oeuvrent avec courage à soulager cette misère inimaginable depuis plus de trente ans. Elles ont réussi à implanter des oeuvres admirables.

Si vous êtes intéressés à connaître les besoins que j'ai pu relever durant ma trop brève visite, je peux vous en parler longuement tout autant que des projets que j'ai de support aux missionnaires rencontrés à qui j'ai demandé comment leur être utiles...

J'y retournerai par stages de trois mois par année, du moins au début, dès janvier prochain. Il y a du pain sur la planche...

Suzanne Charest