-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police


Cliquez ICI.
___________________________


___________________________


___________________________


___________________________

___________________________


Cliquez ICI pour l'inscription.
Pourquoi devenir «membre» ? Cliquez ICI.

1-866-592-9408

Courriel: leriaq@gmail.com

DÉCALAGE HORAIRE !

Cliquez ICI pour avoir
«l'heure juste»
partout sur la planète.

 MENU
Accueil - Le RIAQ en 2021
Aide du RIAQ
Aide par téléphone - Le HAVRE
Arnaques des aînés
Astronomie et espace
Ateliers PRIVÉS pour les membres du RIAQ.
Automobiles - progrès
B L O G S
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bibliothèque gratuite du RIAQ
Bizarreries
Charte du RIAQ
Circulaires au Québec
Clubs informatiques
COVID-19
Création de site web avec le RIAQ
CYBERCURÉ
D O N S AU RIAQ
Demande de dépannage
Grands-parents
Humour
Inscription au RIAQ
Jeux
Mini-conférences «Qui sommes-nous, nous les humains ?» par Pierre Potvin
Nos objectifs
Pourquoi «devenir membre du RIAQ»
Rabais pour les aînés
Radio dans le monde
Santé
Sciences
Seniors en FRANCE
Terre des SÉNIORS (France)
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout - 1
Un peu de tout - 2
Un peu de tout - 3
Vélo
Vivre 100 ans et plus... en forme!
Voyages
ZOOM et le RIAQ
 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: leriaq@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
Devenez partenaire du RIAQ
DON au RIAQ
Francophonie mondiale
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Pourquoi devenir «membre du RIAQ» ???
RIAQ - Qu'est-ce que c'est ???
Services du RIAQ
 Sites suggérés par le RIAQ
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
 
LE RATIONNEMENT

        
J’avais une dizaine d’années, quand au début de la « dernière guerre ” on nous a imposé le rationnement. L’image que j’en ai gardée, c’est celle de ma mère qui retirait, pour en faire du beurre, la couche de crème qui remontait à la surface d’une pinte de lait. C’était bien une pinte, le litre viendrait bien plus tard, et c’était une bouteille de verre.    L’hiver la couche de crème prenait de l’expansion, sous l’effet du gel, et faisait sauter le bouchon. Quel plaisir de sucer la crème gelée, un vrai popsicle blanc!
    Le beurre était rationné, comme le sucre. Cela faisait partie du rôle d’une mère à la maison (ne l’étaient-elles pas toutes?) d’éviter le gaspillage, donc de préparer elle-même les gâteaux, les tartes,les biscuits à peu près quotidiennement. Sa réputation en dépendait. On disait de ma mère qu’elle avait le tour de main pour les tartes. Lundi, jour de lavage, elle pouvait manquer de temps. Ce jour-là, le premier enfant à rentrer de l’école était expédié à l’épicerie pour acheter deux livres de biscuits, qu’il rapportait dans un sac de papier. Chacun avait droit à deux biscuits. S’il s’agissait de biscuits-sandwiches, ou encore des biscuits chocolat, avec leur dôme de guimauve, nous n’en avions qu’un seul. C’est ainsi qu’une règle de bonne économie, qui faisait que nous mangions peu de friandises, nous a épargné les caries dentaires avant que nous en ayons entendu parler.
    Le rationnement du sucre et de la crème frappait fort. Il ne fallait pas priver les enfants de dessert, sauf comme punition. Aussi étions-nous bien fiers de notre mère, qui fabriquait du beurre avec un petit fouet à oeuf. Un vrai miracle!
    Être privé de dessert parce qu’on n’avait pas voulu de soupe, ou qu’on n’avait pas fini son assiette de viande et de patates, ça ne s’est pas vu souvent dans ma famille! S’ils ne voulaient pas « passer sous la table », les enfants se présentaient à temps, et vidaient 
leur assiette d’un bon appétit.
    Parmi nos leaders, qui savent maintenant sans aucun doute possible que le sort de la planète est menacé par nos gaspillages de toutes sortes, et spécialement par le gaspillage de l’énergie, je me demande s’il s’en trouve qui auraient pensé au rationnement.
    Si chaque ménage recevait une carte de rationnement, une seule par ménage, et qu’on devait la présenter chaque fois qu’on fait un plein d’essence, est-ce que la deuxième et la troisième voiture ne disparaîtraient pas rapidement. Comme disparaîtraient du marché les 
dinosaures énergivores qui scandalisent les gens raisonnables.  Est-ce qu’on ne se procurerait pas les petits chariots que les Européens appellent un caddy, pour se rendre à pied à l’épicerie et en rapporter soi même sa commande?
     Et si on trouvait moyen de rationner l’eau?

Jeanne Desrochers <jeannedesrochers@videotron.ca>