-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police


Cliquez ICI.
___________________________


___________________________


___________________________


___________________________

___________________________


Cliquez ICI pour l'inscription.
Pourquoi devenir «membre» ? Cliquez ICI.

1-866-592-9408

Courriel: leriaq@gmail.com

DÉCALAGE HORAIRE !

Cliquez ICI pour avoir
«l'heure juste»
partout sur la planète.

 MENU
Accueil - Le RIAQ en 2021
Aide du RIAQ
Aide par téléphone - Le HAVRE
Arnaques des aînés
Astronomie et espace
Ateliers PRIVÉS pour les membres du RIAQ.
Automobiles - progrès
B L O G S
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bibliothèque gratuite du RIAQ
Bizarreries
Charte du RIAQ
Circulaires au Québec
Clubs informatiques
COVID-19
Création de site web avec le RIAQ
CYBERCURÉ
D O N S AU RIAQ
Demande de dépannage
Grands-parents
Humour
Inscription au RIAQ
Jeux
Mini-conférences «Qui sommes-nous, nous les humains ?» par Pierre Potvin
Nos objectifs
Pourquoi «devenir membre du RIAQ»
Rabais pour les aînés
Radio dans le monde
Santé
Sciences
Seniors en FRANCE
Terre des SÉNIORS (France)
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout - 1
Un peu de tout - 2
Un peu de tout - 3
Vélo
Vivre 100 ans et plus... en forme!
Voyages
ZOOM et le RIAQ
 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: leriaq@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
Devenez partenaire du RIAQ
DON au RIAQ
Francophonie mondiale
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Pourquoi devenir «membre du RIAQ» ???
RIAQ - Qu'est-ce que c'est ???
Services du RIAQ
 Sites suggérés par le RIAQ
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
 
Accueil>>André Hains

André Hains - Dernière vente de l’année en Bourse ?
Si vous avez raté votre entrée ou votre retour sur le marché boursier, au printemps 2009, vous trouvez peut-être maintenant la dernière chance de l’année pour y revenir. Les grands indices nord-américains, soit le Dow Jones, le S&P500 et le Nasdaq aux États-Unis, et le S&P-TSX à Toronto, ont en effet décroché de 4 à 5 % la semaine dernière, comme la plupart des grands indices dans le monde, malgré un rebond vigoureux vendredi dernier. Au total, depuis la fin d’avril, les marchés boursiers ont reculé de 10 % et plus, offrant donc aux investisseurs ce qu’on appelle une correction boursière.

C’est quand les marchés reculent ainsi fortement, sous le coup des incertitudes, qu’ils offrent aux investisseurs perspicaces de nombreuses occasions d’effectuer l’achat à bons prix des meilleures entreprises. Et c’est quand on achète à bons prix, qu’on réalise les meilleurs rendements  à court, moyen et long termes.

Or de nombreuses incertitudes continuent de rendre les marchés encore très nerveux. Par exemple, malgré l’approbation par l’Allemagne du gigantesque plan de soutien de  l’euro, plusieurs pays vont continuer d’éprouver de grandes difficultés à imposer à leur population, leur plan très sévère de redressement des finances publiques, assorti d’augmentations de taxes et de réductions des dépenses. Après la Grèce, l’Espagne, le Portugal et l’Irlande, ce sera bientôt au tour de l’Italie, de la Grande-Bretagne, et même de la France et de l’Allemagne, de se serrer la ceinture.

Ces mesures sévères de redressement budgétaire vont sans doute retarder pour le moins, la reprise économique européenne. De l’autre côté du globe, la Chine applique déjà les freins elle aussi sur sa croissance économique, de crainte d’une autre crise financière mondiale, et devant le risque d’une bulle immobilière.

Par ailleurs, les pays du G-7 et du G-20 (90 % de la population et 95 % de l’économie mondiales) vont se réunir vers la fin de juin à Toronto. On y discutera ferme d’un meilleur encadrement des marchés financiers, et les mesures déjà proposées sont loin de faire l’unanimité. La période de turbulence sur les marchés financiers n’est donc peut-être pas encore terminée, mais elle pourrait bien tirer à sa fin. 

En attendant, les grandes banques canadiennes vont commencer à dévoiler cette semaine les résultats financiers de leur second trimestre, terminé à la fin d’avril. Plusieurs institutions financières ont vu leurs actions céder beaucoup de terrain, au cours des dernières semaines d’énervement. Or les grandes banques versent de bons dividendes à leurs actionnaires, ce qui limite le risque de les acheter… surtout quand elles offrent encore un bon escompte par rapport à leur sommet des cinquante-deux dernières semaines.

Tous les portefeuilles des investisseurs sérieux devraient contenir une bonne part d’institutions financières. Mais d’autres secteurs offrent aussi présentement de très bons escomptes, grâce à la correction des dernières semaines. C’est peut-être la dernière occasion que vous aurez d’en profiter cette année.

andrehains@videotron.ca