-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police


Cliquez ICI.
___________________________


___________________________


___________________________


___________________________

___________________________


Cliquez ICI pour l'inscription.
Pourquoi devenir «membre» ? Cliquez ICI.

1-866-592-9408

Courriel: leriaq@gmail.com

DÉCALAGE HORAIRE !

Cliquez ICI pour avoir
«l'heure juste»
partout sur la planète.

 MENU
Accueil - Le RIAQ en 2021
Aide du RIAQ
Aide par téléphone - Le HAVRE
Arnaques des aînés
Astronomie et espace
Ateliers PRIVÉS pour les membres du RIAQ.
Automobiles - progrès
B L O G S
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bibliothèque gratuite du RIAQ
Bizarreries
Charte du RIAQ
Circulaires au Québec
Clubs informatiques
COVID-19
Création de site web avec le RIAQ
CYBERCURÉ
D O N S AU RIAQ
Demande de dépannage
Grands-parents
Humour
Inscription au RIAQ
Jeux
Mini-conférences «Qui sommes-nous, nous les humains ?» par Pierre Potvin
Nos objectifs
Pourquoi «devenir membre du RIAQ»
Rabais pour les aînés
Radio dans le monde
Santé
Sciences
Seniors en FRANCE
Terre des SÉNIORS (France)
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout - 1
Un peu de tout - 2
Un peu de tout - 3
Vélo
Vivre 100 ans et plus... en forme!
Voyages
ZOOM et le RIAQ
 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: leriaq@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
Devenez partenaire du RIAQ
DON au RIAQ
Francophonie mondiale
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Pourquoi devenir «membre du RIAQ» ???
RIAQ - Qu'est-ce que c'est ???
Services du RIAQ
 Sites suggérés par le RIAQ
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
 
Accueil>>André Hains

André Hains - Trois entreprises totalement différentes !

15 août 2010 - Dans la flopée d’entreprises canadiennes et américaines qui ont publié la semaine dernière les résultats financiers de leur dernier trimestre, on en trouve trois, bien connues du grand public, que les investisseurs devraient aborder de manière tout à fait différente. General Motors (GM), Metro et RONA se passent de présentation, mais il ne faut pas les confondre dans la position qu’elles devraient occuper dans le portefeuille d’un investisseur avisé.

Le premier constructeur américain d’automobiles, GM, a dévoilé un bénéfice de 1,3 milliard $ américains (G$US) pour son dernier trimestre, un résultat qu’on n’avait pas vu depuis six ans. Au trimestre précédent, c’était plutôt dans l’ordre de 850 G$US. Du coup, la nouvelle entreprise a confirmé son intention de lancer bientôt un premier appel à l’épargne public, afin de rembourser une partie des énormes prêts qu’elle a obtenus des gouvernements. Rappelons que l’ancienne GM a fait faillite il y a deux ans, et que ses actionnaires ont tout perdu.

Les investisseurs d’expérience se rappellent que sa compatriote Chrysler a fait faillite elle aussi il y a deux ans, avant d’être rachetée par le groupe italien Fiat. Au début des années 1980, l’ancienne Chrysler avait encore frôlé la faillite, sous Ronald Reagan. Son président de l’époque, Lee Iaccocca, le père de la Mustang, avait obtenu un prêt de 5 G$US de la Maison-Blanche, et avait porté Chrysler au nues avec cette autre idée géniale de la minivan.

La nouvelle GM va-t-elle réussir le même exploit que la Chrysler des années 1980? Rien n’est moins sûr. Le contexte et la concurrence mondiale ont changé beaucoup de données, depuis trente ans. Alors si le risque vous attire, vous pourriez peut-être investir quelques dollars dans la nouvelle GM, mais avec la plus grande prudence.

La même prudence s’impose également avec RONA, une entreprise extrêmement dépendante du secteur immobilier, qui va encore très mal aux États-Unis, et qui commence à montrer des signes d’essoufflement au Canada. Quand l’économie baigne dans les incertitudes, les consommateurs repoussent facilement leurs projets de construction et de rénovation, le pain et le beurre des quincailliers et distributeurs de matériaux de construction.

Si vous trouvez l’action de RONA attrayante, prenez donc le temps de regarder l’évolution de son action depuis cinq ou dix ans. Elle a fait un premier appel à l’épargne publique au sommet du marché, donc un bon moment pour vendre, selon ses dirigeants et leurs conseillers financiers. Mais un bon moment pour les nouveaux investisseurs? Un titre donc à manipuler avec soin, en périphérie du portefeuille.

Par contre, vous pouvez placer l’action de Metro dans le cœur du portefeuille, où l’on devrait retrouver 90 à 95 % de valeurs sûres. Voilà une belle entreprise défensive, troisième chaîne alimentaire au Canada par la taille, mais beaucoup plus rentable que Loblaw’s et Sobey’s (bannière IGA, entre autres). Un titre défensif attire encore plus l’attention des gros investisseurs, quand les marchés boursiers reculent. Mais quand on peut l’acheter à escompte (en baisse de 10 % ou plus par rapport à son sommet des cinquante-deux dernières semaines), c’est encore mieux, évidemment.

andrahains@videotron.ca