-2147467259: Unrecognized input signature. RIAQ - Réseau d'information des aînés du Québec
RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police


Cliquez ICI.
___________________________


___________________________


___________________________


___________________________

___________________________


Cliquez ICI pour l'inscription.
Pourquoi devenir «membre» ? Cliquez ICI.

1-866-592-9408

Courriel: leriaq@gmail.com

DÉCALAGE HORAIRE !

Cliquez ICI pour avoir
«l'heure juste»
partout sur la planète.

 MENU
Accueil - Le RIAQ en 2021
Aide du RIAQ
Aide par téléphone - Le HAVRE
Arnaques des aînés
Astronomie et espace
Ateliers PRIVÉS pour les membres du RIAQ.
Automobiles - progrès
B L O G S
Banque de liens
Bénévolat pour les aînés
Bibliothèque gratuite du RIAQ
Bizarreries
Charte du RIAQ
Circulaires au Québec
Clubs informatiques
COVID-19
Création de site web avec le RIAQ
CYBERCURÉ
D O N S AU RIAQ
Demande de dépannage
Grands-parents
Humour
Inscription au RIAQ
Jeux
Mini-conférences «Qui sommes-nous, nous les humains ?» par Pierre Potvin
Nos objectifs
Pourquoi «devenir membre du RIAQ»
Rabais pour les aînés
Radio dans le monde
Santé
Sciences
Seniors en FRANCE
Terre des SÉNIORS (France)
Travail possible pour les aînés
Un peu de tout - 1
Un peu de tout - 2
Un peu de tout - 3
Vélo
Vivre 100 ans et plus... en forme!
Voyages
ZOOM et le RIAQ
 
RIAQ

Pour nous rejoindre:

514-448-0342 ou

1-866-592-9408 sans frais

Courriel: leriaq@gmail.com
Archives du RIAQ
Arts et lettres
Avantages à devenir "MEMBRE du RIAQ"
Devenez partenaire du RIAQ
DON au RIAQ
Francophonie mondiale
Groupes de discussion
Nécrologie du RIAQ
Oeuvres des membres
Paiements
Pourquoi devenir «membre du RIAQ» ???
RIAQ - Qu'est-ce que c'est ???
Services du RIAQ
 Sites suggérés par le RIAQ
DIRA-LAVAL
Gastronomie avec Rollande Desbois
Rendez-Vous des Aîné(e)s (Laval)
 
Accueil>>André Hains

André Hains - Les « saisons » des résultats
1er mai 2011 - Comme les quatre saisons qui apportent chaque année d’importants changements de température, avec une belle régularité, les marchés financiers apportent chaque trimestre les résultats financiers des entreprises inscrites en Bourse, quatre à six semaines après la fin de chaque trimestre de calendrier. Les médias d’information nous rapportent donc présentement les résultats financiers que publient les entreprises pour les trois mois de l’hiver dernier.

Des milliers d’entreprises doivent donc se plier à cet exercice, pour se conformer aux lois sur les valeurs mobilières. Toutes ces entreprises n’ont pas la même importance, et les médias s’en tiennent donc habituellement aux entreprises les plus connues, celles qui dominent leur secteur, qu’on appelle dans l’autre langue officielle les « trend setters », celles qui indiquent le mieux la direction qu’emprunte l’économie.

Les marchés financiers observent attentivement ces résultats financiers, qui leur permettent de prévoir l’évolution de l’économie un ou deux trimestres d’avance. Les gros gestionnaires de portefeuilles, et surtout les spéculateurs, prennent donc des positions en conséquence, afin de profiter des hausses et des baisses des marchés boursiers, des différents secteurs de l’économie, et bien sûr des entreprises.

Les spécialistes se livrent alors à de savantes analyses des résultats de ces entreprises, alors que d’autres se contentent de tirer quelques leçons de ces résultats. Au fil des ans, les plus importantes leçons reviennent constamment démontrer leur valeur, et guider les démarches des investisseurs, petits ou gros.

Jeudi dernier, par exemple, le Groupe Jean Coutu a dévoilé ses résultats pour le trimestre terminé le 26 février dernier. Les ventes ont augmenté de 2,9 %, à 637 millions $ (MS), mais le bénéfice, lui, a grimpé de 8 %, à 46,4 M$. Des ventes en hausse de 2,9 % et des bénéfices en hausse de 8 %? Voilà une très bonne nouvelle. Quand les bénéfices augmentent plus vite que les revenus, cela signifie que l’entreprise augmente sa productivité, sa capacité à générer de meilleurs résultats.

Mais encore faut-il regarder de plus près ces résultats. Dans le cas du CN, par exemple, qui a dévoilé ses résultats mardi dernier, le bénéfice du dernier trimestre a bondi de 31 % par rapport au même trimestre de l’année précédente, à 668 M$,  alors que les ventes (revenus) n’ont augmenté que de 6 %, à près de 2,1 milliards $ (G$). Ici, l’écart paraît trop important pour être normal.

Un peu plus loin dans son communiqué, le CN explique donc qu’il a vendu un réseau de voies ferrées, au cours de ce dernier trimestre. Il a donc réalisé un bon bénéfice sur cette vente, qui a gonflé indûment son bénéfice habituel. C’est ce que les comptables appellent un poste exceptionnel : le travail du CN, c’est de transporter des marchandises, pas d’acheter ou de vendre des kilomètres de chemin de fer, ou autres équipements.

Les spécialistes comparent toujours les ventes et les bénéfices en ignorant (ou en enlevant) des résultats des opérations exceptionnelles, qui ne reviennent donc pas chaque année ou chaque trimestre. Mais souvent les manchettes des médias ne font pas cette distinction, pour afficher de plus belles manchettes, plus rapidement…

andrehains@videotron.ca